Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Coût du capital : circulez, y’a rien à voir !

 En intervenant le 16 septembre dernier pour expliciter le refus des députés du Front de Gauche d’accorder la confiance au nouveau Gouvernement de Manuel Valls, je réservais une partie importante de mon propos à la problématique essentielle des gâchis financiers et à celle du coût du capital, qui grèvent chaque année une part déterminante de nos capacités budgétaires et d’investissement. Le Premier ministre n’ayant pas jugé utile d’y faire référence, je considérais qu’il s’agissait d’un véritable dû pour les millions de personnes qui attendent que tous les éléments de la situation économique et financière du pays soient mis sur la table de façon objective. Malgré sa volonté affirmée de parler directement aux Français, et de faire preuve de « réalisme », le Premier ministre ne fait aucune référence dans sa réponse à ces deux problématiques.

 Ainsi, je considère que si l’on veut parler « d’économie » et « de relance de l’emploi » aux 6 millions de chômeurs inscrits à Pôle Emploi, toutes catégories confondues, on ne peut occulter volontairement les 300 milliards d’euros versés chaque année aux actionnaires et aux banques en intérêts.

 De même, je considère que si l’on veut parler de la « réalité budgétaire » du pays, ou de sa dette, soi-disant exorbitante, aux 9 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, on ne peut occulter volontairement le fait que 80 milliards d’euros sont volés chaque année au budget de l’État par les pratiques de fraude et d’évasion fiscale des grands groupes, des actionnaires et des plus riches.

 Si l’on veut s’adresser directement aux 3,5 millions de salariés avec un statut précaire, aux 2 millions de travailleurs pauvres qui ont des revenus de moins de 800 euros par mois, aux 5 millions de travailleurs à temps partiel, dont 80 % sont des femmes, on ne peut écarter d’un revers de main la gabegie des dividendes - 40,7 milliards de dollars versés en un seul trimestre aux actionnaires - tandis que les grandes entreprises bénéficiaient dans le même temps, sans contrepartie, de 7 milliards d’euros de cadeaux par l’intermédiaire du crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE).

 Non, quand on invoque à tour de bras la « raison » et le « réalisme » économiques, on ne peut objectivement faire preuve d’une telle cécité ! J’en conclus clairement, que la majorité au pouvoir fait en conscience le choix de la déraison économique au service d’une petite minorité qui a déjà tout… en comptant sur son bon vouloir pour redistribuer quelques richesses. Mais a-t-on déjà vu dans l’histoire du pays, un tel acte de foi produire des résultats positifs pour la majorité des Françaises et des Français ? Jamais.

 Certes, ce type de renoncement à la raison économique et à l’intervention de l’Etat dans l’économie réelle n’est pas nouveau. Il traduit désormais la peur panique devant la puissance des forces financières de tous ceux qui arrivent aux responsabilités. Ainsi, non seulement la politique conduite est injuste, et augmente les difficultés qu’elle prétend combattre, mais elle sert aussi, en permanence, à masquer la vérité.

 La vérité, c’est que le coût du capital est le principal boulet de la « compétitivité » française, le cancer de la raison économique. La vérité, c’est que la boulimie financière est un crime contre la société française, contre sa jeunesse, contre ses forces vives.

Coût du capital : circulez, y’a rien à voir !
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Michel Berdagué 23/09/2014 17:07

Oui André Chassaigne , cette parole vraie est pleine de justesse . Et c' est là que Nous Invisibles , ah si 10 des nôtres peuvent nous porter dans l' enceinte magistrale de la République : l' Assemblée Nationale . Et dire qu' il y en a qui se sont abstenus, à quand même 2 191 899 entre les deux premiers tours présidentielles et législatives , car les instances communistes avaient projeté , quelques 40 voire 50 du Fdg , ce qui par les temps actuels auraient eu une autre tournure face à ce gouvernement de ......
Bon, comme Nous ne pouvons remonter le temps , et comme par miracle retrouver nos compagnons de route dit de résistance , il faut faire avec c' est - à dire de continuer à expliquer , argumenter , et que le Pôle Public financier et bancaire est la base pour construire une autre société , vivable , tempéré pour en effet que ce capital ne nous coûte plus un centime , cent ou kopeck. Oui ce choix de " tout privé" les services publics et en particulier le secteur bancaire contre le projet structurant de gérer toutes les finances avec des Droits aux salariés , de gestion et décisions en synergie avec la citoyenneté et avec les élues , élus du Peuple traduisent : "...la peur panique devant la puissance des forces financières de ceux qui arrivent aux responsabilités . Ainsi , non seulement la politique conduite est injuste, et augmente les difficultés qu' elle prétend combattre , mais elles sert aussi , en permanence, à masquer la vérité ." D' où le rachat de presque toute la presse , la création de la presse gratuite , les radios jusqu' à la radio publique très uniquement formatée TISA , pas d' alternative pas d' Invisibles communistes , André es-tu passé au moins uns fois au téléphone sonne ou/et à 8 h 20 ? Quant à la télé avec LCI maintenant dans le viseur avec les 93 licenciements programmés , il est Urgent que nous ayons tous les moyens modernes radio , télé à notre disposition pour relayer les Luttes et les débats et les propositions communistes , en particulier les banques devenues publiques dans un Pôle public financier .
Ce qui est sûr c' est la peur panique de la part de certains politiques en pleine contradictions et aussi le choix de tout privé et de satisfaire le comportement de classe , ( bourgeoise /capitaliste ) à la Warren Buffet entre autres , "et " ils" sont pas nombreux les bougres , ce qui nous laisse un champ immense pour grandir ....