Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

La fête que je ne ferai pas…

 La fête de l'Huma est une belle fête. 2 à 3 jours de vrai bonheur pour tous ceux qui ont la chance de pouvoir s'y rendre malgré les difficultés du quotidien. Je pense en particulier aux contraintes financières qui concernent beaucoup de communistes et habitués de notre fête aux revenus modestes. Mon métier d'enseignant, puis de chef d'établissement, a fait que cette barrière de l’argent m'a toujours épargné. Mes responsabilités électives ont ensuite fait de ce week-end un agréable « passage obligé » : chaque année, débats, rencontres, initiatives multiples et moments de convivialité occupent intensément mes 3 jours de fête. Un marathon minutieusement préparé en amont, minuté même pour satisfaire le maximum de demandes. Les sollicitations sont en effet nombreuses et entraînent des refus malgré toute ma bonne volonté. C'est ainsi que j'ai bien évidemment préparé l'édition 2015, comme toutes les précédentes.

 Malheureusement, pour reprendre Jules Romains, « la santé est un état précaire qui ne présage rien de bon ». La solide bête auvergnate que je suis, pourtant héritière des scieurs de long du Livradois au dos d'acier, est clouée à la maison. « Lombalgie aiguë » a décrétée le médecin. Résultat prévisible de mon obstination, malgré les premières douleurs, à me rendre à Clermont-Ferrand, dimanche dernier, pour notre vente de fruits et légumes en compagnie de notre tête de liste régionale, Cécile Cukierman. 120 km avec le dos déjà « en compote », ça se paye : comme disaient nos anciens « quand on sème des épines, on ne va pas sans sabots ». Certes, rien de très grave. Mais c'est avec la rage au cœur que je dois pourtant renoncer à la fête et faire faux bond (difficilement vu mon état) à tous ceux qui comptaient sur ma présence.
 

 Je pense en particulier aux associations amies de Cuba et aux camarades cubains que je devais rencontrer, aux Auvergnats du stand des "3 bougnats", aux collègues de l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains, aux camarades de Rhône-Alpes, du Tarn-et-Garonne, du Val d’Oise, de l'aéronautique, aux copains avec qui je devais me livrer à quelques agapes.
 Sans oublier les nombreux amis des différentes fédés et de Facebook, que je croise en nombre dans les allées de la fête. Brefs moments de partage, sourires, bises ou poignées de main, mais aussi des messages de souffrance et d’exaspération, l’expression d’une colère grandissante, et de nombreux témoignages de luttes. Des mots échangés qui donnent du sens à nos combats et sont une boussole pour nos choix politiques. Des paroles dont je m’empare comme d'une boîte à outils  pour en faire un usage dans l’exercice de mon mandat. Quelquefois aussi, des discussions rudes sur mes prises de position et celles des député(e)s du Front de gauche, durant lesquelles je dois assumer ma responsabilité de Président de groupe. Mais ce qui me marque le plus chaque année dans la fête, ce sont ces camarades de tous âges, dévoués à notre cause, pétris d’humanité, à l'image du grand poète turc Nazim Hikmet : « Je suis communiste / Je suis amour des pieds à la tête ».

 

 Je comptais aussi rencontrer Manu Chao pour nous rappeler quelques souvenirs communs remontant à la venue, en 1991, de La Mano Negra au Festival emblématique « St-Amant-Rock-ça-vibre ». J'étais alors le maire de notre petit village de 500 habitants, et Manu m'avait fait slamer devant une foule énorme de près de 15 000 spectateurs. Le lendemain matin, je paniquais à la vision d'un bourg aux conteneurs débordants et aux rues jonchées de milliers de canettes de bière. Par un éclair de génie, j'avais alors sollicité Manu, buvant tranquillement son café à la terrasse du bistrot, pour m'aider dans cette tâche titanesque. Tel le joueur de flûte, il avait entraîné avec nous, derrière le camion-benne, des dizaines de festivaliers pour nettoyer notre village gaulois. « Si je me marie, ce sera toi qui scellera mon union » m'avait-il dit en rigolant. Je ne sais pas si la promesse vaut toujours, mais mon mandat de conseiller municipal étant sans doute le dernier, je voulais lui dire qu'il devait faire vite, si ce n'est pas encore fait, comme la rumeur le dit.
 

 Quant à la traditionnelle montée du dimanche après-midi des membres du Conseil national sur la grande scène, j'avoue que l'exercice me manquera peu. Je conçois que la tradition a valeur de symbole, elle n'en est pas moins désuète, même si elle donne une indispensable force collective au discours du Secrétaire national du Parti ou du Directeur de l'Huma. Quoi qu’il en soit, j’attends l'intervention de Pierre avec impatience. Elle prendra cette année une dimension encore plus grande au regard de la gravité des questions qui agitent l'actualité et de l'enjeu des élections régionales. Je l'écouterai de ma campagne, celle de l'écrivain ambertois Henri Pourrat, « dans ces monts où l'air a un arôme de sauge, et où les heures comptées d'une antique horloge sont heures de liberté ».
 Pour conclure, bonne fête à tous. Je vous envie ! Et à l'année prochaine...si mon dos le veut bien.

 

La fête que je ne ferai pas…
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Renée 12/09/2015 15:16

Coucou Dédé, Bon courage et profites de ce temps pour faire de belles et intéressantes lectures.
Rétablis toi vite car nos Services Publics sont en danger dans notre Livradois-Forez: Urgences, durées d'ouvertures des petits bureaux de Poste............
A très bientôt et dommage de ne pas pparticiper à cette toujours belle Fête.

Gérard 12/09/2015 07:36

Salut, Dédé. Désolé de te savoir diminué, ce n'est jamais drôle d'être freiné dans nos activités militantes par un corps qui nous laisse tomber !
Un peu de lecture ? Je te conseille « Et si on aimait la France », de Bernard Maris, paru chez Grasset, « Vive l'entreprise ? » de Gérard Filoche, chez Ugo&Cie (sous titré le code du travail en danger) et « La brigade du rire », de Gérard Mordillat, chez Albin Michel.
Tu ne t'ennuiera pas ! Encore ceci :
Michel Etiévent rapporte avoir vu sur un mur, en déplacement à Genes, le slogan suivant, que je pourrais faire mien :
SE UCCiDONO NOSTRI SOGNI, SOGNEREMO PIU FORTE
ce qui veux dire : "s'ils tuent nos rêves, nous rêverons plus fort."
Je compléterai ce mot, à l'approche des élections régionales, par cette pensée de Jaurès, écrite en 1899 dans "La pensée socialiste" :
"Il faut éviter que la préoccupation électorale, en ce qu'elle a de trop personnel et de trop étroit, abaisse notre idéal."
 Amicalement, Gérard

CHIUMMO 11/09/2015 10:35

Mon cher Chassaigne, il est certes vrai, que d'être absent à la fête de l'Huma, c'est un manque pour celui qui en reste éloigné, plus encore quand c'est la maladie qui en est la cause. Ah ! l'HUMA...quelle fête ? ma première présence à la fête remonte aux année glorieuses où le Parti atteignait les 25% d'électeurs. 1947, j'avais 15 ans et je venais d'adhérer au Parti. Par le suite j'en ai fait d'autres. La dernière remonte en 2007 où je présentais mon dernier livre à la cité du livre "Le Rappelé". A présent, mon grand âge, 84 ans, et quelques ennuis de santé me privent de cette fête. Mes camarades de la Fédération des Alpes de Haute Provence sont présents couplés aux camarades des Bouches du Rhône. Ils présentent comme chaque année les produits de notre région, (huile d'olive, savons de Marseille, lavande, vin des Alpes, fromages de chèvres et brebis). C'est vrai que c'est la plus belle et la plus grande fête de France. Que de souvenirs remontent en ma mémoire. Nous étions de jeunes adolescents. Nous en parlions toute l'année durant, et commencions à économiser pour l'année d'après. Enfin, mon cher André courage, il y en aura d'autres...Prompt rétablissement, amitié N.C

daffix jc 11/09/2015 09:15

alors on ne te verra pas à vic le comte mardi prochain? puisque tu as le temps tu vas lire mon histoire minière? dans ce cas je te l'envoie.

PARIENTE Michel 10/09/2015 21:14

Vas voir un Ostéopathe il va te remettre sur pied bien plus vite qu'avec les remèdes traditionnels !
Quand à la fête je ne peux m'y rendre faute de moyens !

Madeleine lenoble 10/09/2015 19:51

Toi auvergnat, moi limousine, en exil (volontaire) en bordelais, comme j'imagine ta déception. Merci pour ce beau texte poétique à tes camarades amis et aux inconnus comme moi qui ne t'ai croisé qu'une fois. Quand on a vécu la Fête on se dit chaque fois que c'est la plus belle. Moi non plus je n'en serai pas. A une autre fois. Madeleine dite Mado

HUGUET Pierre 10/09/2015 19:30

Repose toi bien Mon Camarade, ton boulot n'est pas fini ! Dommage quand même car, en plus de mon discours d'inauguration de notre stand de "Cuba Linda", je comptais te concocter un mojito qui t'aurait ragaillardi !!!

YANNICK 10/09/2015 18:40

Bon courage ! Profite en pour lire...

Florian 10/09/2015 18:10

Bon rétablissement camarade, j'espère que tu ne souffres pas trop.
Fraternellement, Florian

lépine 10/09/2015 18:01

oh dd le solide gaillard que tu es va vite surmonter ce problème de santé. mais il est vrai que la fête de l'huma sans toi ça va pas être pareil. Tu vas manquer aux nombreux débats animés avec la passion qui te caractérise. cher dédé nous te souhaitons un prompt rétablissement et sois en forme pour la campagne des régionales car j'ai bien compris qu'ils allaient pas te faire de cadeaux....grosses bises sandrine et serge.