Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Après la catastrophe nucléaire au Japon, quelle politique énergétique ?

Voici le texte de mon intervention introduisant le débat organisé par le PCF hier soir à Paris sur la politique énergétique après la catastrophe nucléaire du Japon.

 

    "Je voudrais introduire mon intervention par plusieurs interrogations concernant les engagements indispensables en terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avant de revenir sur les exigences qu’elles impliquent en lien avec la catastrophe nucléaire au Japon et à ses répercussions sur les enjeux énergétiques.

 

    Sans vouloir être trop long, je tiens à rappeler quelques éléments de constat sur l’ampleur du défi de société qui se pose à nous, si nous voulons lutter efficacement contre le réchauffement climatique.

 

    Notre biosphère a une capacité de recyclage et d’assimilation de 3 milliards de tonnes équivalent carbone chaque année, soit environ 500 kilogrammes par terrien et par an. Ce sera naturellement moins en fonction de la progression du nombre d’habitants.

    Pour compenser les excès d’émissions passées, qui influencent le climat d’aujourd’hui et celui de demain pour plusieurs décennies au moins, l’objectif à se fixer pour 2050, si l’on veut respecter les recommandations du Groupe d’expert Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), devraient être de l’ordre de 250 kilogrammes annuels d’émission de CO2 par habitant.

    Il faut prendre en compte à sa juste mesure cet objectif quand en moyenne, je dis bien en moyenne, avec toutes les limites qu’une moyenne implique, un résident français émet 2 tonnes de CO2 par an.

    Cela impose pour notre pays de réduire de plus de 85 % ses émissions de CO2, alors que nous ne sommes pas parmi les pires élèves des pays industrialisés, et alors que les seules émissions liées à l’activité agricole correspondent à elles seules à ce niveau moyen. Le développement d’une agriculture écologiquement intensive, que nous souhaitons, ne permettra pas d’obtenir une réduction significative.

    Pour tenir cet objectif, la France, vers 2050, ne devrait tout simplement plus utiliser d’énergie carbonée pour toutes ses activités industrielles, de transports, ou résidentielles.

 

    Il faut aussi replacer cet objectif à l’échelle mondiale avec des pays qui ont des consommations moyennes beaucoup plus importantes. Je pense notamment aux Etats-Unis, au Japon, ou à certains pays européens. Il faut aussi mesurer l’impact de la forte croissance des émissions des pays en développement, notamment de la Chine, de l’Inde et du Brésil.

 

    D’ores et déjà, et en préalable à tout débat sur une politique énergétique, une première question s’impose. Où en sommes-nous dans la mise en place de politiques pour faire face aux changements climatiques ?

 

    Après le fiasco du sommet de Copenhague, le sommet de Cancun devait être un moment clé pour se donner des moyens et des outils pour atteindre l’objectif de limitation du réchauffement climatique à 2°C, recommandé par le GIEC, au-delà duquel, je le répète, certaines conséquences ne sont plus maîtrisables.

    Deux voies devaient faire l’objet de négociations à Cancun. La plus fondamentale en terme de respect des objectifs du GIEC, c’est-à-dire la définition d’engagements contraignants de limitation des émissions, a tout simplement été repoussée, voire catégoriquement rejetée par plusieurs grandes puissances. Je rappelle que tout cadre contraignant pour prolonger les engagements de réduction du protocole de Kyoto, qui se terminent fin 2012, a été rejeté et remis aux calendes grecques ! D’autant plus que ces objectifs de Kyoto pour les pays de l’annexe 1, n’ont pas été atteints pour l’essentiel de ces pays.

    Ces mêmes pays ont donc concentré les débats sur la deuxième voie, celle des mesures non contraignantes concernant les pays pauvres.

    Le bilan de ces négociations, quelle que soit l’appréciation médiatique souvent flatteuse qui en est faite, est, dans les faits, un échec majeur et un acte d’irresponsabilité dramatique pour les générations futures que portent les grandes puissances !

 

    De mon point de vue, cette situation appelle trois constats :

 

   Premier constat : en rejetant hors de la négociation leurs propres renoncements, la teneur des débats de Cancun illustre à merveille la stratégie d’évitement des responsabilités environnementales des grandes puissances. Or, la responsabilité des pays industrialisés et des pays aujourd’hui les plus émetteurs est centrale pour atteindre cet objectif, avec des engagements qui portent sur des réductions, je viens de le dire précédemment, de l’ordre de 85 % de leurs émissions par rapport à 1990.

Nous sommes pour l’instant très loin du compte, que ce soit pour les perspectives à court terme comme à moyen terme.

    D’autre part, le contenu sémantique des négociations climatiques traduit de plus en plus clairement ce renoncement. Ainsi on parle aujourd’hui beaucoup plus « d’adaptation », « d’atténuation » et de « compensation », que de « lutte contre le réchauffement » ou de « réduction des émissions ». Ce vocabulaire et cette stratégie d’attente ne sont pas neutres !

 

    Le second constat rejoint le premier : ce qui ressort des négociations internationales, c’est un véritable glissement qui s’opère vers un système non contraignant, tout particulièrement pour les principaux pays émetteurs. Ce glissement laisse toujours plus le soin au seul marché et aux principaux agents économiques et financiers de régler l’enjeu climatique, sur la base de leur éthique, de leur morale et de leur responsabilité en matière d’intérêt général climatique ! Nous avons là le plus sûr moyen de nous écarter des objectifs de réduction prônés par le GIEC.

       Après Copenhague et Cancun, la conférence de Durban, fin 2011, poursuivra sans nul doute sur le même chemin du renoncement. Un jour pourtant, il faudra bien régler le passif !

    C’est donc un avenir toujours plus sombre qui se dessine pour tous les réfugiés climatiques, pour les plus pauvres sur notre planète, qui subissent déjà les conséquences au quotidien de l’irresponsabilité des plus riches !

Il faut dire que le « capitalisme du désastre » de Naomi Klein ne conçoit aucune entrave à son extension à tous les secteurs. Il ne voit plus dans la négociation climatique qu’un nouveau moyen d’enrichir son arsenal spéculatif par des outils de marché : extension des marchés carbone, techniques de compensation financière des émissions de CO2, systèmes de notification et de vérification fondés sur le seul concept de « bonne gouvernance »…

 

    Le troisième constat, ce sont les implications qu’entretient aujourd’hui ce glissement, ce traitement libéral de l’enjeu climatique.

    D’une part, il entretient beaucoup d’illusions sur la prise en compte réelle des enjeux environnementaux, climatiques et énergétiques, et repousse hors de son champ de vision les véritables défis.

    D’autre part, il n’anticipe pas et ne prépare pas aux transitions nécessaires, tant en terme de recherche énergétique, industrielle, agricole et forestière qu’en terme de gestion des ressources naturelles et des biens communs de l’humanité. Au contraire, il accélère des mécanismes particulièrement pervers, je pense notamment aux délocalisations et à l’externalisation dans d’autres pays des émissions de GES liés aux processus de production, avant réimportation sur de longues distances des productions à destination des pays riches. Il favorise l’émergence rapide de filières de production dont les bilans en terme d’efficacité énergétique et climatique sont catastrophiques (agrocarburants, développement anarchique de certaines productions « renouvelables »…)

Enfin, il permet d’occulter les responsabilités du système économique lui-même à l’échelle mondiale, entretenant ainsi ce que j’appelle « l’illusion écologique libérale ».

 

    Il est chaque jour plus urgent de revoir la copie, en portant des voies réellement novatrices en terme de réduction d’émissions, de réglementation, de changement de modes de production, mais qui remettent en cause la domination économique et financière des grandes puissances. J’avais eu l’occasion, au lendemain du sommet de Cancun, de rappeler combien les conséquences de l’activité humaine sur le réchauffement climatique sont tributaires d’un système économique, le capitalisme, et combien ce système privilégie en réalité des mécanismes économiques et financiers, des modes de production et de consommation incompatibles avec l’ambition de réduire les émissions de CO2, et plus généralement de préserver l’environnement.

   

    C’est sur cette problématique générale que doit s’ouvrir un grand débat sur la question énergétique.

 

    Dans ce contexte général, l’accident survenu à la centrale de Fukushima suscite naturellement de grandes inquiétudes. S’il a servi d’abord de sujet médiatique palpitant pour des jugements rapides, je pense qu’il doit servir, comme ce soir, plus globalement, à nous interroger sur notre avenir énergétique.

Les choix qui nous concernent, en lien étroit avec la question climatique, ne se limitent d’ailleurs pas à un cliché dépassé entre le nucléaire et la bougie, mais à des choix décisifs concernant notre mode de développement, notre capacité à réduire drastiquement nos consommations énergétiques tout en satisfaisant les besoins essentiels, à lutter contre la précarité énergétique et garantir un accès à l’énergie pour les plus pauvres.

 

    Dans ce cadre, je soulèverai en introduction au débat 4 exigences fondamentales :

 

    La première, c’est l’indispensable retour sur les accidents nucléaires, notamment en s’interrogeant sur les bénéfices et risques de cette technologie tout au long de son cycle de production, en y incluant davantage la question des ressources disponibles, mais aussi sur la tutelle exercée par la logique marchande et la recherche de profit dans la mise en œuvre de cette technique.

La sécurité et la sûreté de l’énergie nucléaire, qu’on se place à l’échelle nationale ou internationale, doit être une priorité absolue qui exige une maîtrise publique et une totale transparence. Je pense naturellement à des questions urgentes qui tiennent aux dérives actuelles que connaît la filière de production électrique nucléaire, avec le recours croissant à la sous-traitance, à des exigences de rentabilité et de cession de production à des sociétés privées dans le cadre de la concurrence imposée par la loi NOME…

        Nul n’est par ailleurs en mesure, aujourd’hui, d’affirmer avec certitude si oui ou non la recherche et les évolutions technologiques peuvent permettre sur le long terme de sécuriser davantage la production d’énergie nucléaire, si oui ou non ces recherches et ces évolutions permettront de traiter efficacement les déchets radioactifs.

 

        La seconde exigence porte sur deux aspects complémentaires. D’une part, nous ne devons pas concentrer tout le débat énergétique sur la place et l’opportunité ou non du développement de l’énergie nucléaire. D’autre part, il faut évaluer si le nucléaire ne contribue pas, dans notre pays, à occulter ces trois piliers fondamentaux que sont les économies d’énergie, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

        Il faut rappeler que l’énergie nucléaire ne représente que quelques pourcents de la consommation énergétique mondiale. C’est dans ce contexte que les propos de l’économiste Eloi Laurent prennent tout leur sens : « Nous sommes à l’aube de 30 ans de transition énergétique, de 30 ans de nouveaux scénarios. On a largement le temps de trouver d’autres scénarios plus efficaces, moins risqués et qui nous amèneront aussi sûrement vers un monde bas carbone. »

      Je pense notamment aux travaux qui se sont multipliés sur la sobriété et l’efficacité énergétiques, avec les ambitions du « Facteur 4 » ou les suggestions du scénario Négawatt. Beaucoup de propositions méritent notre attention, d’autres semblent plus difficiles à mettre en œuvre, et doivent être mises en relation avec la réalité des temps longs nécessaires à l’adaptation des logements, des processus de production, des outils de production, des modes de consommation, et plus largement des modes de vie…

        Il faut également porter une analyse très précise sur tous les effets d’inertie en matière de consommation énergétique, dans tous les secteurs, comme il faut analyser sereinement les désormais fameux « effets rebond » qui, sous prétexte de consommation plus vertueuse de certains biens, encouragent en réalité des surconsommations de ressources non-renouvelables ou rares dans les cycles de production.

    Enfin, la place des énergies renouvelables et leurs incidences en terme d’économies réelles d’émissions de GES tout au long de leur cycle de vie, ne doivent être ni minorées, ni idéalisées, dans le cadre d’une transition énergétique. Là aussi l’ambition d’une maîtrise publique doit être clairement posée, alors que jusqu’à présent le développement des renouvelables s’inscrit pleinement dans une logique marchande et de rentabilité à court et moyen terme, sans évaluation publique suffisante sur les bénéfices et les inconvénients énergétiques et environnementaux.

        Le défi d’une réelle transition énergétique, très économe en carbone, doit replacer tous ces éléments dans l’analyse globale. Quels que soient les scenarii envisageables, et quels que soient les scénarii énergétiques envisagés pour satisfaire aux impératifs climatiques, nous aurons besoin de réorienter profondément les critères de financement des investissements et de gestion des entreprises, en substituant aux critères de rentabilité des critères sociaux et environnementaux, en lien avec de nouveaux droits et pouvoirs des salariés et des citoyens.

 

    La troisième exigence tient à la gestion des ressources naturelles disponibles pour la production énergétique, à leur exploitation à bon escient, en fonction de critères de justice sociale à l’échelle planétaire, avec pour horizon l’épuisement des ressources fossiles conventionnelles, mais aussi des ressources nécessaires à la fission nucléaire.

    Là aussi, l’essentiel de l’exploitation de ces ressources se fait aujourd’hui pour satisfaire les besoins des pays du Nord et des grandes puissances, le plus souvent au détriment de l’intérêt des peuples.

    L’intérêt collectif, et les principes de gestion de ce qu’il faut considérer comme des « biens communs », doivent à mon sens primer pour conduire cette exploitation raisonnée de ces ressources pour satisfaire aux besoins essentiels de l’humanité, et non de quelques uns, en particulier de quelques super-riches.

 

    La quatrième exigence, c’est l’urgence sociale et démocratique qu’impose le traitement des problématiques énergétiques et climatiques. Il faut assurer l’information, la participation et l’implication du plus grand nombre sur ces sujets.

    C’est une condition indépassable pour satisfaire aux objectifs que nous nous fixerons tous ensemble, et pour que les politiques publiques qui seront conduites dans un futur proche soient pleinement partagées et ne conduisent pas à plus d’injustices.

    J’ai conscience que cette exigence n’est pas la plus aisée, tant les inégalités sociales devant l’accès à l’énergie, comme devant l’information et la participation aux grands débats sur les enjeux d’avenir, sont grandes.

 Les questions énergétiques, comme toutes les problématiques environnementales, ne doivent pas être réservées à quelques spécialistes, qu’il s’agisse d’experts institutionnels ou de responsables d’ONG, car ce sont avant tout des questions sociales qui impliquent des choix politiques, de société, et je dirai, de civilisation.


        C’est à ce grand débat, et sans a priori, avec des approches sans aucun doute contradictoires, qu’ont appelé le Parti communiste et le Front de Gauche. Il faut maintenant réussir à le traduire dans le pays comme à l’échelle internationale."

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Claude Roussie 31/05/2011 15:57


Bonjour,

Tardivement, je viens de lire le texte d'André (et les commentaires) qui éclaire un peu ma lanterne (sans aggraver pour autant mon bilan carbone).

Je trouve ce texte intéressant car au delà des questions directement liées aux besoins énergétiques, il pose la question en amont en faisant référence aux nécessaires économies d'énergie, et au
lien entre le mode de production capitaliste et le mode de consommation énergétique.

Sur les économies possibles je trouve surprenant que la question du désarmement ne soit pas évoquée ou si rarement. Si la réduction de 1% des dépenses d'armement suffirait à mettre un terme à la
faim dans le monde, on peut extrapoler facilement en imaginant ce qu'une avancée continue vers le désarmement général permettrait en matière de réduction de besoins en énergie, tout en répondant
mieux aux besoins des hommes et des femmes de la planète.

En quoi le capitalisme est il en lui même porteur de la fuite en avant dans le gaspillage des énergies ? Il faut pour le saisir aller au coeur de sa dialectique qui impose à chaque groupe
capitaliste une accumulation continue sous peine de disparaître, confronté qu'il est à ses concurrents. Dans le processus qui en résulte, seule la "valeur abstraite" a de l'importance pour les
capitalistes. La valeur d'usage, elle n'a d'intérêt que dans la mesure où elle fait des objets ou des services des marchandises qui doivent être détruites au plus vite pour libérer de nouveau le
marché.
La financiarisation de l'économie masque cette réalité, parce qu'elle fait naître l'illusion que dans le mouvement du capital l'argent se multiplie de lui-même.


gauchedecombat 20/04/2011 15:29


je vous remercie, Mr Chassaigne, de cette position nuancée et circonstanciée sur le sujet, qui me semble quelque peu plsu intelligente que celle de Mr Gérin, diamétralement opposée, arqueboutée sur
le nucléaire. bravo pour ce courage là. je reprendrai votre intervention dans l'un de mes billets du jour afin de démotnrer que, contrairement aux idées reçues, véhiculées principalement dans les
milieux anti-communistes primaires, le PCF n'est pas si pro-nucléiare que d'aucuns voduraient le faire croire, préjugé qu'il me semble important de combattre pour l'avenir du front de gauche...
Tous les militants et les cadres n'ont pas et de loin une position exclusive et rassemblée sur le sujet; Peut-être cela serait-il nécessaire, de montrer une certaine unité , pour plus de cohérence
?


Gérard 12/04/2011 13:14


Lors de ta venue à Eglisolles, le jeudi 14 (c'est dans deux jours !)accepterais-tu de répondre à des questions concernant une zone de développement éolien en vallée de l'Ance, dans le parc naturel
régional? Nous avons les "marchands du temple" qui font miroiter l'aspect financier d'une telle installation, et une population qui suit plutôt les conseils de méfiance de l'association "Vent
libre" (dont je fait partie)
Plusieurs d'entre eux souhaitent que tu prennes position sur ce sujet, ce que tu n'as pas encore faite...


Sébastien 05/04/2011 15:06


Mais enfin, arrêtez avec cette histoire de bougie qui, en plus, a un mauvais rendement énergétique. PERSONNE ne parle de retour à une bougie fantasmée, absolument personne. La dernière que j'ai
entendu dire cela était N. Morano qui était venue sur le plateau de Mots croisés avec un leitmotiv: la filière nucléaire française est sûre et l'EPR un peu plus cher mais formidable grâce à sa
double coque.
Simplement il s'agit de considérer la gabegie énergétique de notre temps et notre dépendance pour toutes nos activités à des "esclaves énergétiques". Dans certaines activités, il y a un apport de
confort non négligeable.
Le scénario Négawatt dessine un horizon (énergétique) désirable que la perpétuation des objectifs virils du XXème siècle (productivité, intensité, maîtrise de l'atome...) ne peut offrir.


km1883 02/04/2011 19:00


André Chassaigne : « Nul n’est par ailleurs en mesure, aujourd’hui, d’affirmer avec certitude si oui ou non la recherche et les évolutions technologiques peuvent permettre sur le long terme de
sécuriser davantage la production d’énergie nucléaire, si oui ou non ces recherches et ces évolutions permettront de traiter efficacement les déchets radioactifs. »

Je ne connais pas de domaine où l'on soit certain de l'avenir. Si l'avenir était certain l'activité politique serait inutile (un seul possible). Le mal usage du principe de précaution : Les
« gens » voudraient bien des vaccins, des médicaments sans effets secondaires, de la mobilité sans accidents de la route, s'enivrer avec de l'alcool sans risque de cancer, prendre l'avion
sans exploser en vol, du charbon sans coup de grisou (quoique si c'est des noirs sud-africains ou des chinois le problème n'est pas dans mon jardin!), sans NO2, sans SO2 et aérosols divers dont
l'uranium et le thorium. Sur les déchets nucléaires voire les travaux de l'ANDRA, il y a matière à une confiance relative sur le stockage. On peut faire mieux mais nullement avoir des certitudes.
L'accident grave avec fusion du cœur est toujours possible, le danger majeur est là mais aussi dans les piscines de stockage juste après le déchargement. Voilà une certitude. La question est selon
moi peut-on limiter les conséquences sanitaires hors du périmètre de la centrale? Oui c'est le cas de TMI (USA, 1979), pour Fukushima avec des circonstances exceptionnelles (Tsunami) l'impact
sanitaire bien supérieur à TMI reste à évaluer. La radioactivité et les rayonnements ionisants, ce n'est pas le rayon de la mort. C'est la dose (alimentation, inhalation, exposition) qui fait le
dommage ce n'est pas en soit le Bq/m3 La communication actuelle brute est anxiogène. Un exemple avec les mesures d'activité (Becquerel par cm3 d'eau de mer) du 30 mars 2011 à 13h55 à 330 m au sud
de l'émissaire des unités 1-4 fukushima : Iode 131 (demie-vie 8 j) 180 Bq/cm3 (norme légale 40mBq/cm3) soit 4385 fois la norme légale! Des gens peuvent comprendre 4385 la dose létale! L'évaluation
du risque ne peut être faite très simplement car il faut évaluer sa propagation dans la chaîne alimentaire la mesurer pour interdire la consommation momentanément.

André Chassaigne : « D’autre part, il faut évaluer si le nucléaire ne contribue pas, dans notre pays, à occulter ces trois piliers fondamentaux que sont les économies d’énergie, l’efficacité
énergétique et les énergies renouvelables. »
Quand un pays a une grande dépendance aux énergies fossiles dans le secteur électrique, le développement des renouvelables apportent une (petite) contribution à la réduction de la dépendance en
énergie fossile et des émissions de CO2. Les besoins d'économies et d'efficacité énergétique sont à chercher aussi et surtout dans l'usage d'énergies primaires fossiles. Plus de 70% de 161 Mtep
d'énergie finale sont d'origine fossile (pétrole 44%, gaz 22% et charbon 4%). Le nombre de voitures et de km/an parcourus augmentent. Il est plus facile de pointer du doigt le moyen de production
électronucléaire que de dire fini les vacances dans les îles, les week-end à la Baule, les jeux vidéos, bonjour la lessive, la vaisselle à la main, le gros pull en hiver à la maison, et l'internet
bas-débit (cf. suggestion de La maison écologique).

Et puis la France ne va pas sauver la planète, elle pourrait disparaître ou faire en rêve 100% de renouvelables dans tous les secteurs de la vie économique qu'une année passée cette disparation
d'émission ne se verrait à peine dans le cours mondial.

Il faut considérer Négawatt nous dit André Chassaigne.
Négawatt : le fait marquant est dans le développement des cycles combinés à gaz avec peut-être des ports méthaniers et des gazoducs en plus, ils disent que c'est transitoire mais on sera bien avec
du gaz très cher et des éoliennes (part dominantes) ou des Enr pas à la hauteur des besoins car il y a des hypothèses très volontaristes sur les EnR et le stockage de l'électricité sans que le
moyen technique soit précisé parce qu'en dehors du grand hydraulique il n'y a rien à l'horizon. A moins qu'ils comptent, en lieu et place de stockage, sur le foisonnement des EnR à l'échelle de
l'Europe voire du Maghreb avec à la clef des réseaux de transport THT(stigmatisé page 14).
Le scénario négaWatt prévoit un recours volontariste à une combinaison de différentes énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, hydraulique, co-génération et biomasse), le reste par le gaz
naturel. (p. 4)
Les territoires se sont ainsi vus cantonnés au fil des ans au rôle de simple support physique des infrastructures de production et d’acheminement des flux d’énergies (centrales nucléaires,
raffineries, grands barrages, lignes électriques, oléoducs et gazoducs, autoroutes, …), (p. 14)
Secteur électrique à l'horizon 2030 (au-delà autant lire dans les viscères de volailles) :
Grande hydraulique 65 Twh (stable)
Microhydraulique : 4,5 Twh (hausse significative)
éolien terrestre : 64 Twh plus 73 Twh en off-shore en 2050 (très fort développement)
PV solaire : 12 Twh (très fort développement)
Biomasse 29 Twh (très fort développement)
énergie marine : 1 Twh (très fort développement)
CCG : 164 Twh (apport face à l'intermittence des EnR)(très fort développement)
Dans le scénario négawatt, le bouquet énergétique électrique accroît les émissions de CO2, hypothèse d'un fort bridage de la demande avec 430 Twh en 2050 soit 50 Twh de moins que la consommation
actuelle. Il n'y a aucune données technico-économiques dans leurs études. Nous sommes dans la primauté du politique : « On décide et on fait ce qu'on le souhaite. ». Quelles sont les
conséquences des investissements, des destructions de capacité de production actuelle? Point aveugle : la maîtrise publique des filières énergétiques, la recherche est absente bien qu'ils comptent
sur l'émergence de technologie de stockage (p. 6) et la géothermique profonde (p. 12) avec fracturation de roches. Le levier fiscal à pression constante (page 12) est mis en avant comme moyen face
aux énergies conventionnelles. La création d'emploi sera certes par construction au rendez-vous avec des énergies dilués comme les EnR, il faut travailler plus pour produire autant d'où le gisement
d'emplois!

Ce que je retiens de négawatt : sobriété d'accord mais j'ai un doute sur ce qu'ils mettent derrière ce terme sachant qu'ils écrivent : « la condition impérative d’appliquer dès maintenant une
forte politique de réduction de la demande » (page 6). Cela peut ressembler à un rationnement coercitif étatique ou par le signal-prix compatible avec le « liberté économique ») ou
économies d'énergie par l'éducation aux bons usages de l'énergie. Développer le gaz est totalement, même de manière transitoire, est selon moi totalement irrationnel comme le pendu qui fabrique sa
corde. La dépendance au fossile est forte à un double titre : approvisionnement et par le prix de l'énergie le Kwh dépendra à 60% du coût de l'énergie primaire. Avec le premier nous serions
sensible au première terme de la dépendance et beacoup moins au second puisque le coût de l'uranium pèse 5% dans le coût du Kwh.
Un peu de technico-économie à la louche totalement absent de negawatt !
Investissement éolien terrestre : 1 euros/W; 2000 h de fonctionnement; 64 TWH/2000 h = 32 GW installé en 2030 ; construction 1,6 GW/an sachant qu'il y a déjà 5,6 GW fin 2010 (300 éoliennes de 5
MW/an) soit grosso modo + 3,2 TWh/an
Sortie du nucléaire en 2035-2040 : soit – 2 GW/an (7000h/an c'est -14 TWH/an) il n'y a que le gaz pour suivre comme moyen de base.
Il manque dans leur étude la sécurité du système électrique c'est-à-dire l'équilibre offre-demande. On ne peut pas faire une égalité entre des kWh intermittents et des kWh produits à la
demande.
Dans le cadre du débat sur la transition énergétique il faut instruire le dossier en mobilisant les ressources humaines de l'État, des industries et des établissements de recherche pour bâtir des
scénarios intégrants la complexité.
André Chassaigne : « Là aussi, l’essentiel de l’exploitation de ces ressources se fait aujourd’hui pour satisfaire les besoins des pays du Nord et des grandes puissances, le plus souvent au
détriment de l’intérêt des peuples. »
Les matières premières des technologies EnR en particulier des terres rares (Néodyme dans les aimants des génératrices des éoliennes) viennent de Chine tout comme les cellules PV. Peut-être faut-il
ouvrir des mines en France pour le développement de l'éolien notamment? Le vent souffle ici mais la matière première du moyen technique essentiel provient d'ailleurs.


GEBUHRER 30/03/2011 18:15


Exrait d'une conversation un peu tendue avec C Seureau sur un autre sujet
La communauté scientifique est sous le feu de projecteurs divers ; tout est bon pour laisser penser qu'on affaire à des apprentis sorciers , des charlatans ; les média et des forces politiques ;
d'autre part , majoritairement elle n'est pas aujourd'hui sur des positions progressistes , je ne l'ignore pas plus que toi ; il y a de la servilité , l'attrait du pouvoir et bien d'autres aspects
qui minent son éthique de l'intérieur; comment répondre à ce DOUBLE ASPECT ? C'est là la question politique majeure à laquelle tu ne sembles pas t'intéresser beaucoup .
C'est la raison pour laquelle il est temps , grand temps que le PCF dispose d'un document de positionnement nouveau sur la science , la technologie etc... Si tu me disais " tu te prends pour qui en
prétendant faire seul un tel document " ta critique irait droit au but , elle serait non seulement légitime mais me disqualifierait une fois pour toutes ; mais ce n'est pas ma position ; contribuer
oui , seul évidement non .
Le risque , il me faut y revenir car c'est une question cruciale ; le film d'hier sur Pasteur en dit très long à ce sujet ; oui Pasteur pouvait faire mourir le gamin qu'il a en définitive sauvé ;
c'était un risque ; et compte tenu de l'état des connaissances de l'époque ce risque était d'autant plus immense ; tu répondras ( réponse facile ) que ce n'est pas la même échelle ; si nous gardons
le nucléaire civil, dans des conditions tout autres que je ne détaille pas , je pense que dans leurs grandes lignes tu les connais aussi bien que moi , il y aura une PART IRREDUCTIBLE de risque et
ce risque n'est pas la mort d'un enfant, aussi tragique qu'elle soit , pas besoin de dessin .
Voici ma position : ou bien on fait confiance de façon lucide dans le génie humain qui PEUT maîtriser ce qu'il crée dans la durée ou bien au contraire on fait le choix inverse ; il n'y a pas de
tierce possibilité .
Le nucléaire civil pose avec une force jamais atteinte la question du capitalisme ; aucune projection n'est PENSABLE en gardant ce système même en y touchant à la marge; il y aurait ici des pages à
écrire et je n'ai pas le temps de le faire.
Bien sur , il se trouvera de bons esprits qui me diront que j'en suis resté à la formule , le système et ensuite les lendemains qui chantent ou "les soviets + le nucléaire civil" mais ce n'est pas
ainsi dans mon esprit même si je suis pour de VRAIS SOVIETS et aussi pour des lendemains qui chantent . Tous les risques ne sont PAS prévisibles, encore moins lorsqu'on a affaire et on AURA AFFAIRE
à des questions de plus en plus ENTRELACEES entre la science son développement et le développement de la civilisation humaine mais , NOTRE HORIZON est TRIBUTAIRE DE NOS CONDITIONS ACTUELLES
D'EXISTENCE dans lesquelles le système actuel joue un rôle structurant , je crois ABSOLUMENT que bien des avancées progressistes peuvent se faire dans le cadre du capitalisme , je ne crois pas que
le DROIT A L'ENERGIE soit compatible avec ce système ; je ne crois pas que les avancées scientifique soient compatibles avec ce système .
Libéré de sa logique , j'ai la conviction que la question majeure du RISQUE serait appréhendée différemment ; car DANS LA DUREE , LES ETRES HUMAINS , CEUX QUI S'ACTIVENT DANS LES CENTRALES ET LES
AUTRES auront l'esprit infiniment plus éveillé, de plus tel détail qui paraît aujourd'hui sans importance et sur lequel on saute à pieds joints PARCE QU'IL FAUT FAIRE DES ECONOMIES ET IL N'Y A PAS
DE PETITS PROFITS , sera envisagé à TEMPS pour éviter d'être "surpris" . Oui j'ai la naïveté de croire ça .
De ce fait le discours général sur le "RISQUE " me semble la pire des impostures ; il n'y a pas "le risque en général " comme il n'y a pas "la société humaine en général".


GEBUHRER 30/03/2011 17:23


Intervention très remarquable ; mon interrogation porte sur le "scénario Négawatt" dont André dit qu'il faut le considérer sans a priori mais qui quand on le regarde a posteriori promet quand même
un avenir très sombre dont beaucoup d'idées impliquent une superaustérité sans fin et qui si on le suivait serait très ressemblant à un retour à la bougie ....