Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 13:23

Voici la trame générale de ma contribution aux débats du Conseil National du PCF du 11 mai dernier sur les élections législatives, non prononcée suite à un retard de transport.

 

 

 

 Au Conseil national du 25 avril, j’avais pointé deux questions que je considérais comme majeures dans la perspective des élections législatives.

 ➢ Après l’élection d’un président socialiste, et sans doute d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, comment établir un rapport de force pouvant influencer concrètement les choix qui seront faits par la nouvelle majorité, pour répondre à l’aspiration à de réels changements ?

 ➢ La deuxième question : qu’est-ce qui peut conduire le peuple de France à faire de nous ses représentants à l’Assemblée nationale dans le contexte du nouveau rapport de force politique issu de l’expression du suffrage universel ?

J’ajoute aujourd’hui l’exigence d’un éclaircissement : indépendamment de la décision que nous prendrons, à l’issue des élections législatives, sur notre participation au gouvernement, comment nos candidats s’affirmeront-ils au regard de la majorité présidentielle et dans le cadre d’une future majorité de gauche à l’Assemblée nationale ? Le positionnement est important au regard de notre implication future au sein de l’Assemblée nationale (bureau, commissions, délégations dans divers organismes...). Il nous faut donc, d’ores et déjà, préciser notre attitude, qui doit selon moi allier unité et autonomie, en étant très clairs sur notre objectif de réussite de la gauche dans l’intérêt du peuple, pour une amélioration concrète des conditions de vie.

 

 Le contexte spécifique des deux offres politiques concurrentes, que j’avais souligné, prend toute sa force aujourd’hui :

 - Le Parti Socialiste demande une majorité absolue en soutien au nouveau président. Il entretient pour cela l’appel au vote utile et brandit l’épouvantail d’une majorité de droite. Il fera inévitablement craindre aussi la perspective d’un blocage de notre part pour le cas où le groupe Front de gauche deveindrait incontournable dans chaque décision.

 - L’extrême-droite poursuit son entreprise démagogique en réclamant aux couches populaires de porter à l’Assemblée ses candidats pour « inviter la France à la table des élites », amplifiant la dimension nationale donnée à la candidature législative de Marine Le Pen.

 Il nous faut donc définir les propositions qui peuvent amener les électeurs à nous désigner comme leurs nécessaires représentants à l’Assemblée nationale, le message qui fera que les candidats du Front de gauche incarnent une force indispensable au changement attendu par le peuple.

 

 Le premier argument d’avoir un groupe Front de gauche fort à l’Assemblée nationale, pour être jour après jour utile à la mise en œuvre d’une politique vraiment à gauche, sera bien évidemment déterminant. Il faudra l’étoffer des mesures fortes que nous porterons prioritairement en montrant combien elles conditionnent toute perspective de changement. Pour ma part, j’en mets quatre en exergue durant mes rencontres, commune après commune :

 - Le partage des richesses avec une politique salariale favorisant l’élévation des salaires et la protection sociale.

 - L’indispensable levier financier avec un pôle public bancaire pour pratiquer un tout autre crédit favorisant l’emploi, les salaires, la formation, le développement social et écologique.

 - L’ouverture du débat en Europe sur la remise en cause du Traité de Lisbonne et prioritairement les changements des missions de la BCE qui doit être réorientée pour le rachat des dettes publiques et la création monétaire, avec un Fonds Européen de développement social et écologique.

 - La mise en œuvre d’une transition écologique avec l’ouverture du grand chantier d’une planification démocratique des mesures à prendre, en lien avec une politique industrielle déterminée. Cela implique de nouveaux droits pour les salariés, indispensables à tout développement économique.

 Ces mesures pourraient constituer en quelque sorte le socle dur, une forme de préalable à toute perspective de participation gouvernementale. Plus largement, avec les propositions que nous avons portées avec le programme « l’Humain d’abord », elles peuvent amener certains électeurs à nous désigner comme leurs nécessaires représentants à l’Assemblée nationale.

 

 Mais il nous faut aussi lister les lois adoptées au cours des dix dernières années, pour les mettre très rapidement à bas, avec des propositions de loi que nous porterons dès juin-juillet, et donc à formaliser immédiatement. Nous serons les porteurs de loi nouvelles pour améliorer la vie quotidienne, bousculant ainsi la gauche toute entière pour réussir le changement. Nos candidats doivent avancer avec détermination les choix qu’ils sont prêts à faire, comme futurs députés, dès la rentrée parlementaire, sur des questions aussi essentielles que l’emploi, les salaires, la retraite, les services publics, la santé, la protection sociale, les prix de l’énergie et de l’alimentation, le logement, les transports, ou l’écologie. Saisissons-nous déjà du travail considérable effectué par les députés communistes, républicains, citoyens et du parti de gauche ces cinq dernières années, avec leurs propositions de loi dans ces domaines.

 

 Mais, comme je l’ai dit, cela ne suffira pas. Le Front de gauche est un rassemblement de type nouveau. Il est devenu de fait la propriété de citoyens, militants ouvriers et intellectuels, responsables associatifs et créateurs. Il est désormais l’outil pour impulser une politique de transformation sociale.

Donnons à voir, dans ces courtes semaines de campagne, ce que sera une pratique politique complètement différente, hors du commun, comme l’a été notre campagne des présidentielles. Il faut réussir à faire toucher l’articulation entre la construction collective du travail législatif et l’indispensable mobilisation populaire pour porter les exigences citoyennes. Il nous faut expliquer concrètement comment nous allons conduire notre activité parlementaire en lien avec le mouvement populaire et les luttes sociales. Concevons cette activité comme la mise en œuvre immédiate d’une « révolution citoyenne » pour donner du « pouvoir au peuple », démarche du présent et non pas de l’attente d’un grand soir des urnes.

Quelques pistes de réflexions :

1) Expliquer, dès la campagne, comment nous mettrons en œuvre immédiatement, avec ce levier inédit, une nouvelle pratique politique :

- La mise en débat permanent de nos propositions avec l’objectif de créer des majorités d’idées.

- L’amplification des assemblées citoyennes autour d’ateliers législatifs pour coélaborer des propositions de loi en lien avec les groupes parlementaires Front de gauche.

- Le portage populaire des textes législatifs dans la continuité des formidables mobilisations de la campagne des présidentielles avec des rassemblements, pétitions et toutes autres formes d’appui, en lien avec le mouvement syndical et associatif.

- Le soutien aux luttes et leur accompagnement par un prolongement politique concret dans les différentes assemblées où siègent les élus du Front de gauche.

2) Concrétiser dans les actes la diversité du Front de gauche qui sera de fait amoindrie par sa représentation parlementaire avec le risque de réduire sa capacité de rassemblement. Un levier parmi d’autres à imaginer pourrait être une plus forte implication des suppléants dans l’activité du député et du groupe parlementaire, notamment dans le déploiement sur le terrain de nouvelles pratiques démocratiques. Par leur diversité, les suppléants sont plus représentatifs de la richesse du Front de gauche et ouvrent bien des perspectives.

3) Décloisonner le fonctionnement de nos différents groupes parlementaires (Assemblée nationale - Sénat - Parlement européen) mais aussi avec les groupes Front de gauche des assemblées des collectivités territoriales. Faisons davantage de commun dans le cadre d’une pratique politique complètement nouvelle.

 

Pour conclure, durant cette campagne comme au lendemain des échéances électorales, nous devons être sans aucune ambiguïté sur notre volonté qui est celle de la réussite d’une gauche nouvelle, en France, dans le seul intérêt de nos concitoyens. Dans un contexte historique inédit, notre responsabilité est immense.

 

 

logo_pcf_fdg_largeur1_cmjn.png

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dudu87 16/05/2012 19:45

Bonjour à vous tous,camarades,

Je n'ajouterai rien aux commentaires de Cécile et de Michel, tout y est dit!
Alors, soit nous sauvons quelques élus FdG avec les voix socialistes avec une espèce de programme "socialo- libéral partagé", soit nous gardons notre entière liberté. Je suis partisan de la 2°
solution tout en sachant que nous laisserons beaucoup "de plumes" dans cette bataille. De toute façon, le PS ne nous fera pas de cadeau, aucun cadeau, toutes les "peaux de banane" seront bonnes
pour eux et leurs alliés officiels et clandestins. JLM va en faire l'expèrience à Hénin-Beaumont.
Fraternellement,
dudu87

rosa bella 16/05/2012 16:20

bonjour.je partage tout à fait ces propositions,auxquelles j'aurais bien rajouté,une chose essentielle pour le peuple de france et qui a été mise à mal par plus de 10ans de pouvoir sarkosiste et
surtout les 5 dernieres années.je veux parler de l'atteinte à toutes nos libertés individuelles,au nom bien entendu de notre sécurité...sur internet,sur les routes,pour lutter contre le
terrorisme...et j'en passe...concernant internet,il est urgent d'agir pour contrer l'action des pirates qui risquent d'affaiblir nos positions inutilement...pas besoin de divisions
supplementaires...cordialement.

Michel Berdagué 15/05/2012 20:24

Cher Camarade Député,
Ta contribution est très dynamique et s' inscrit dans le mouvement historique pour arriver à convaincre en priorité le Prolétariat , tout le monde du travail,et le Peuple.
Se pose cette participation au gouv. social-démocrate avec démangeaisons libérales avec un peu de social .
C' est impossible de gérer cette europe où les financiers ultra-libéraux font la loi , à chaque fois même si nous voulons des mesures appropriées ,la B.C.E. ,la Commission le gendarme F.M.I. seront
là pour briser toute libération.
A moins que le rôle de la B.C.E. change en prêtant aux états des taux 1% ou moins si cette liberté de décision n' est pas satisfaite toute politique sera condamnée pour la relance des activités et
de la Planification écologique.
En Grèce de nouvelles élections vont avoir lieu si Siriza peut former un gouv. une importante brêche dans la rigide et dogmatique B.C.E. peut intervenir ,et si nous obtenons beaucoup de FdG avec
comme maroquin le Programme Populaire Partagé nous allons entrer dans le dur du sujet .
Nos propositions sont incontournables .
Là en informant tout notre Peuple une gestion avec des socialistes où notre Programme est la ligne gouvernementale est possible , mais avec des Ministres à des postes importants : économie,
réindustrialisations avec la Planification écologique ....
Si ces conditions ne sont pas remplies une gestion pour appliquer un mélange soc-dem-lib serait catastrophique^pour le Front de Gauche et le Parti Communiste.
Donc tout dépend du 10 Juin et du 17 .
Un maximum de FdG sera le sucès du projet politique.
Salutations fraternelles et militantes.
Michel Berdagué

Gerard Blanchet 15/05/2012 18:47

Je remets un commentaire espérant que mon précédent sera bientôt validé. En effet sur le blog de Jean-Luc Mélenchon l'annonce de cet article a suscité un premier débat entre au moins 5 personnes.
Le webmestre du blog de JLM retrouve ses pratiques censitaires d'avant la présidentielle et vient d'interrompre ce débat. Il serait donc souhaitable que ton blog André devienne vivant c'est à dire
que les commentaires ne mettent pas trop de temps à être validés afin qu'un vrai débat interactif s'instaure ici.

Cécile 15/05/2012 18:42

En relisant votre contribution, une appréhension soudaine me vient au sujet de ce que vous appelez "une forme de préalable à toute perspective de participation gouvernementale". Le problème qui se
pose avec ce genre de démarche, qui paraît sensée et constructive au premier abord, est celui de la confiance envers les membres d'un gouvernement socialiste qui vous intégrerait en vous promettant
de satisfaire vos exigences:
1) même s'ils vous promettaient "une transition écologique avec l’ouverture du grand chantier d’une planification démocratique des mesures à prendre", il y aurait fort à parier que cela aboutisse à
du pas grand chose remis à plus tard parce qu'il faut tenir la réduction des déficits à 3% pour 2013 (!) du programme de Hollande
2) même s'ils vous disaient accepter "le partage des richesses avec une politique salariale favorisant l’élévation des salaires et la protection sociale", cela aurait toutes les chances de se
traduire par un coup d'pouce au SMIC, ou même un coup d'auriculaire, en tout cas pas notre SMIC à 1700, pour les raisons susdites...
3) de la même façon, le "pôle public bancaire" qu'ils vous promettraient se transformeraient insensiblement en la "banque publique d'investissement" du nouveau président.
4) enfin "l'ouverture du débat en Europe sur la remise en cause du Traité de Lisbonne et prioritairement les changements des missions de la BCE" vous seraient vendus sous forme d'eurobonds et de
transformation du TSCG en TSCGC après y avoir rajouté « et la Croissance ».
Toute participation au gouvernement des socialistes impliquerait de leur faire confiance pour que les mesures que vous auriez obtenues pour y aller soient effectivement appliquées. Et cela
supposerait de leur attribuer une volonté politique réelle de les voir appliquées. Le fait même de parler de participation gouvernementale sous conditions (même drastiques) implique donc l'idée que
l'on peut encore faire confiance aux sociaux-démocrates pour instaurer un rapport de force politique musclé avec la finance, rapport de force dont tout le reste dépend. Or, ils nous ont maintes
fois prouvé qu'ils n'étaient pas très forts en la matière (cf. traité d'Amsterdam, MES et l'abstention « offensive et dynamique »). Donc, j'ai peur, pouvez-vous me rassurer?

Martine 15/05/2012 17:24

Merci pour cette intervention sans ambiguïté : l'avenir n'est pas aux maigres querelles mais dans le Front de Gauche.

Gerard Blanchet 15/05/2012 16:45

Bonjour André,
Les ateliers législatifs, à mon avis, il ne faut pas les limiter aux circonscriptions où nous aurons des élu-e-s. Il faut faire en sorte que nos candidat-e-s impulsent autour d'elles (d'eux) des
assemblées citoyennes qui créeraient des groupes de travail et feraient un débat permanent avec la population. En somme amorce de la révolution citoyenne permanente et concrètisation des assemblées
primaires de la constitution de 1793 et sans attendre la 6e République. Ces assemblées citoyennes et leurs groupes de travail législatifs on voit bien leur rôle dans le cas d'une circonscription
front de gauche. Mais j'insiste il faut garder mobilisé l'ensemble des 4 millions d'électeurs du 1er tour sur l'ensemble du pays.