Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 15:31

 

Le 11 novembre 2011

 

André CHASSAIGNE

Député du Puy-de-Dôme

4, place Jean-Antoine Pourtier

63890 ST-AMANT-ROCHE-SAVINE

 

 

 

Monsieur Nicolas SARKOZY

Président de la République

Palais de l’Elysée

55, rue du faubourg Saint-Honoré

75008 PARIS

 

 

Objet : commémoration du 11 Novembre

Nos références : AC/CO/2980

 

 

Monsieur le Président de la République,

 

J’apprends, ce jour de commémoration du 11 Novembre, votre intention  de changer le sens de cet anniversaire, destiné jusqu’ici à célébrer la victoire et le sacrifice de tous ceux qui sont tombés pendant la guerre de 1914-1918 pour défendre le sol de notre nation. Vous prétendez en faire  une journée nationale pour tous les militaires morts sur les champs de bataille où notre drapeau est, et a été présent.

Je pense tout d’abord qu’une telle décision ne peut pas être prise sans que les associations d’anciens combattants et victimes de guerre ne soient consultées. Cette initiative interpelle sur le fond la société française dans son ensemble. Aussi, exigeait-elle une large concertation en amont.

Pour ma part, je considère que cette suggestion n’est pas conforme à l’intérêt de l’histoire et donc à celui du peuple de France. En mêlant ainsi indistinctement tous les champs de batailles, vous signifiez, de facto, que toutes les guerres se valent. Vous accréditez l’idée que le combat des « Poilus », sacrifiés à Verdun en 1916, aurait le même sens que la mort de nos malheureux engagés militaires français tombés à Dien Bien Phu en 1954 en Indochine. Pensez-vous aussi que mourir sous les balles et les obus nazis, dans le verrou de Sedan ou au Mont Mouchet, a la même signification que d’être, hélas, tué sur les rives du Canal de Suez en 1956, ainsi que lors des guerres coloniales passées et actuelles ?

Monsieur le Président, j’ose espérer que vous conviendrez que mourir contre l’oppression et pour la liberté n’a pas le même sens que de mourir, que l’ont soit appelé ou volontaire, au service de l’oppression, quelle que soit son origine.

Si l’on commémore des événements aussi importants que le 11 novembre 1918, c’est non seulement pour se souvenir des faits mais surtout pour les comprendre. Aussi, je crains vraiment, Monsieur le Président, que votre proposition précipite nos jeunes dans la confusion plutôt que de les éclairer.

 

Je me tiens à votre disposition et vous prie de croire, Monsieur le Président de la république, en l’expression de ma haute considération.

 

 

André CHASSAIGNE

Partager cet article

Repost 0
Publié par André Chassaigne
commenter cet article

commentaires

Nathanaël Uhl 12/11/2011 17:37


Cher camarade,
je me permets de poster ici le lien vers la note de blog que j'ai écrite sur le sujet hier. Un nôtre camarade a souligné notre convergence de vues, je suis heureux de la mesurer.

A toi d'en juger ici :
http://lecridupeuple.wordpress.com/2011/11/12/monsieur-le-president-les-commemorations-ont-un-sens/

Je me permets d'intégrer le lien vers ton propre blog dans mon billet.

Salut et fraternité,
Nathanaël Uhl