Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Le Président et la queue du renard

 En lisant la tribune de François Hollande, « L’Europe que je veux », dans Le Monde du 8 mai dernier, m’est revenue une expression populaire du bon sens auvergnat : « Il a la queue du renard qui lui sort de la gueule, et il dit qu’il ne l’a pas croquée ». Cette réminiscence du « Roman de Renart » et du loup Ysengrin illustre bien la fable présidentielle.

TCE2005constitution-referenda-parties-ps

 Quand notre Président de la République écrit que « l’Union déçoit », que « l’incompréhension alimente le rejet », il a évidemment raison. Mais quand il affirme que « les Français peuvent décider et imposer souverainement leur préférence », il oublie curieusement le « non » de 2005 au traité constitutionnel, réintroduit scandaleusement ensuite dans les traités européens. En imposant une voie économique rejetée par le peuple, un tel déni de démocratie ne pouvait qu’alimenter le rejet des institutions européennes. Et n’est-ce pas aussi étouffer aujourd’hui toute perspective d’une construction européenne pérenne que de passer sous silence, comme le fait le Président de la République, la possibilité de mettre en œuvre des politiques européennes différentes ? Il est pourtant possible de privilégier la coopération et des échanges commerciaux équilibrés au lieu s’arc-bouter, comme il le fait, sur les principes économiques édictés par la Banque Centrale Européenne, la Commission de Bruxelles et le FMI, troïka enfermée dans le dogme libéral de la concurrence systématique, « libre et non faussée ».

 Après avoir allégrement avalé le fameux traité « Sarkozy-Merkel » qui soumet aujourd’hui les peuples de la zone euro à l’austérité au nom de la sacro-sainte « compétitivité », il ose rêver une Europe qui ne soit pas celle de « la guerre commerciale », qui « redonne de la force à l’économie » et « met fin à l’austérité aveugle ». Sans doute devrait-il relire Bossuet : « Le Ciel se rit des prières qu’on lui fait pour éloigner de soi des maux dont on persiste à accepter les causes ».

humanite_0.jpg

 Mais le comble est bien son silence sur le « Grand marché transatlantique » en cours de négociation entre l’Union Européenne et les Etats-Unis. C’est que l’opacité est de mise quand il s’agit de défendre les seuls intérêts des firmes internationales et des grands opérateurs économiques. La « loi du silence » devient la règle quand la « loi de la jungle » est érigée en paradigme répondant aux seules motivations de la conquête des marchés et de la mise en concurrence des salariés.

PnresolutioneuropGMT.JPG

 Derrière cette fable présidentielle d’une Europe de progrès, se cache en fait le consensus libéral qui s’est construit toutes ces dernières années entre les forces conservatrices européennes et les forces sociale-démocrates. Au Parlement européen, leurs groupes respectifs, PPE et PSE, ont soutenu les mêmes traités dans lesquels les forces sociales, citoyennes, populaires se reconnaissent de moins en moins.

 C’est ce consensus qui nourrit la montée des populismes et des extrémismes de droite. Il est grand temps de faire monter une nouvelle force de gauche européenne, représentée en France par le Front de gauche. Elle seule est à même d’ouvrir un nouveau chemin à gauche en impulsant une Europe sociale incarnée par un véritable « Traité social européen » porteur de valeurs et de normes protectrices de nos travailleurs, socle d’une Europe solidaire libérée de la tutelle des marchés financiers, des dogmes du libéralisme et de l’austérité budgétaire.

exe_aff_europe_rvb.jpg

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Michel Berdagué 13/05/2014 16:25

Voilà qui est bien dit . Cet écrit fait date dans la morosité actuelle et la défiance normale et réelle de cette orientation avérée de cette U.E. dite sociale en 2005 , et que je te fais des
discours pour t' affirmer que demain c' est super puisque que M. Delors et pas que lui te le dit , elle est et sera sociale . Ah ça, on a vu et subit tout leur dogme imbécile et dangereux pour l'
Humain. Alors que parmi nos troupes certains dégoutés se tournent vers le sic " boycott citoyen" il est urgent de mettre en actualité ce " Traité social européen " mais les populations sont
tellement dégoutées des promesses non tenues par les dangereux choix ultra libéraux qu' il est très facile en réflexe de se retirer de cet organisme géré avec le F.M.I./ B.C.E. alors que SI ,et
oui, SI nous pouvions élire en Europe la représentation pour une Europe solidaire libérée des marchés financiers , des dogmes du libéralisme et de l' austérité budgétaire , nous pourrions
construire sur notre continent un monde de coopérations et d' échanges multiples.

Irène 12/05/2014 14:39

Monsieur le député,
C'est succulent que tes références littéraires filant la métaphore pour dénoncer les forfaitures des "socialistes" portés au pouvoir par les couches laborieuses. Sur le fond, ne peut-on exiger un
dévoilement des négos qui se trament sur le dos des peuples européens ? Pour que ce ne soit pas une "prière", faire advenir par exemple un grand rassemblement exigeant la voiE de la démocratie
c'est à dire les lignes du programme en "jeu" dans ce GMT entre les Etats Unis et l'Europe ? Pour faire entendre nos voiX, propager la résistance sur des lignes précises?
Dans le même temps, convaincre plus efficacement les abstentionnistes à aller voter pour un programme d'opposition concrète. Il est indispensable de savoir à quoi on s'oppose.
Le GMT va nous mettre en dépendance et en soumission et ça , ce n'est pas possible.
Bon courage