Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Les jolies colonies de vacances

 Les centres de vacances, que l’on appelait alors « colonies », ont rythmé pendant des décennies la saison estivale de nombreuses communes rurales, apportant animations, emplois saisonniers et surplus d’activité pour les commerces locaux. Ils faisaient aussi fructifier des liens durables entre cités urbaines et petites communes rurales, population des villes et habitants de nos villages.

 Progressivement, « les jolies colonies de vacances » de nos campagnes ont disparu pour des lieux plus attractifs, en bordure de mer ou « vraie » montagne, ou pour proposer des activités nouvelles, notamment sportives ou culturelles. Difficultés financières et administratives aidant, la volonté politique de villes, comités d’entreprises et associations de maintenir ces séjours s’est aussi souvent diluée au profit d’aides directes, d’achat de places dans des organismes extérieurs, jusqu’au choix final d’abandonner parfois ces accueils collectifs de mineurs. D’autres ont cependant tenu bon, conscients de l’immense apport éducatif et social de ces structures, tant pour les enfants accueillis que pour les jeunes adultes encadrant.

 Mais un coup terrible a été donné, en 2010, à la pérennité des « colos » par la Cour de justice de l’Union Européenne, sur demande d’organisations syndicales, pour que les emplois d’animations soient alignés sur le droit commun, en terme de salaires et temps de repos.

 Pour avoir été personnellement un « pratiquant » des centres de vacances comme « colon », animateur puis directeur, je mesure le désastre : séquençage de la journée avec la succession d’animateurs différents, fractionnement des activités, impossibilité de mettre en œuvre des séjours itinérants, difficultés accrues pour les séjours maternels ou adaptés aux enfants en situation de handicap… Mais aussi explosion des coûts, renforçant l’exclusion au départ en vacances, et déséquilibres financiers des organismes du tourisme social et associatif… Sans oublier la perte du sens de l’engagement des jeunes dans l’animation, transformés désormais en salariés soumis à la réglementation du travail, au même titre que les emplois professionnels de l’animation, qui concernent des domaines différents sur des missions pérennes. Au final, sont occultés ainsi l’apport si particulier des centres de vacances en terme de prise de responsabilités éducatives et sociales et tout un apprentissage de la vie de citoyen (ne). Mais peut-être faut-il avoir vécu soi-même ces périodes d’enthousiasme et de bonheurs partagés, fréquenté ces espaces de construction personnelle, pour intégrer cette dimension « hors cadre » ?

 Voilà pourquoi, je me suis engagé avec conviction pour un statut de « Volontaire de l’Animation », évidemment indemnisé avec protection sociale et droits à la retraite, à l’instar du service civique ou du statut de pompier volontaire. Réservé aux organismes sans but lucratif, le volontariat de l’animation serait aussi un rempart à la marchandisation des « jolies colonies de vacances », marchandisation qui serait signe d’exclusion pour les plus modestes, d’abandon des objectifs éducatifs, et qui porterait un coup fatal à une contribution au renforcement du lien social, si nécessaire en ces temps de repli sur soi et perte de repères.

 

Chronique publiée dans le journal La Terre.

 

LaTerreaout2013.JPG

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Amandine 19/12/2013 14:26

Tout ce qu'on peut dire c'est de remercier pour tous ce que vous faites et pour votre engagement. Nous vous souhaitons bon courage dans cette lutte.

isabelle 12/08/2013 19:28

cher camarade,
il ya longemps que je pratique plus l'animation,mais dans tous les cas,je trouve faux de croir,ainsi que vous le faites que le nouveau "statut" des moniteurs,est la cause de la disparition
progressive des centres de vacances peu coûteux,pour les enfants et ados des villes.7 millions de chômeurs,des milliers de salariés précaires,l'idée même des congés payés est remise en cause,pour
les parents,il me semble logique dans ce contexte de privatisation et d'injustice,que la modeste colonie de vacanes à la campagne,ne soit plus "d'actualité".je crois que sans les familles,il y
auraient de moins en moins de gamins pauvres en vacances,hors la ville,dans les centres de loisirs.
utopique les volontaires de l'animations,selon ma perception de l'évolution socio économique de la france.
Mais les utopies ne sont pas mauvaises,en soit,le vrai remède serait que la justice sociale redeviennet une aspiration de masse. SPORT CULTURE DE MASSE,à l'heure actuelle ce n'est pas la
préoccupation de personne.Oui on fait du fric,on le porte aux nues,on en rêve,on rêve médiocrité,stérélité,répétition,les loisirs sont partie intégrante de la Culture,comment s'étonner,que
l'expérience d'activité de sport hors ville,est disparue??
le volontariat n'est vraiment je suis sûre,n'est qu'une utopie.