Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Paris truqués : c’était écrit

 Avant même que les médias nationaux ne s’en délectent, l’affaire des paris présumés truqués dans le championnat de France de Hand-ball était inévitable. Elle était inscrite dans le projet de loi relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, adopté en toute urgence par l’Assemblée nationale en octobre 2009.

 A l’époque, il s’agissait de satisfaire certains amis du Président Nicolas Sarkozy, par ailleurs opérateurs de jeux en ligne. Les députés communistes, républicains et du Parti de gauche avaient pourtant mis en garde : une telle légalisation des jeux en ligne ouvrait la voie aux tricheries en tout genre !

 Ainsi, le 7 octobre 2009, mon intervention dans l’hémicycle était on ne peut plus explicite sur les risques inhérents à cette libéralisation du pari en ligne :

 « Addiction et surendettement des joueurs, corruption dans le sport et les courses, trucage des matches, blanchiment d’argent, les risques avérés d’une telle libéralisation, même régulée, sont trop nombreux pour que la puissance publique se prive du contrôle des acteurs historiques du secteur. Nous nous opposons, avec une plus grande fermeté encore, à la généralisation en France des paris à cote fixe. Leur éthique est discutable: ils opposent le joueur et le bookmaker, l’intérêt du second étant de voir perdre le premier. (…) Par ailleurs, le pari à cote fixe fera courir un risque non négligeable au secteur sportif. L’exemple du Royaume-Uni est à cet égard instructif, et le Gouvernement serait bien inspiré de ne pas s’en inspirer : outre-Manche, les cas de fraude, de corruption, de paris truqués, de cotes pourries sont avérés et entachent régulièrement le monde du sport. »

 On aurait dû parier.

 Au-delà des appels au simple renforcement de l’éthique des sportifs professionnels, n’est-il pas temps de revenir au plus vite sur cette loi qui ouvre la porte à toutes les dérives ?

 

 

 11309_handball.jpg

 

Extrait de la séance publique du mardi 6 avril 2010

 

Ouverture à la concurrence des jeux d’argent en ligne

Explication de vote

M. le président. L’ordre du jour appelle les explications de vote et le vote, par scrutin public, sur l’ensemble du projet de loi modifié par le Sénat relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne. (nos 2373, 2386)

(…)

M. le président. La parole est à M. André Chassaigne, pour le groupe GDR.

M. André Chassaigne. Monsieur le président, monsieur le ministre, mes chers collègues, ce projet de loi, nous le regrettons, n’est pas motivé par la défense ou la préservation de l’intérêt général, mais bel et bien par celles du modèle économique porté par les opérateurs, agissant jusqu’alors en toute illégalité et en toute impunité. En d’autres termes, voter cette loi revient à blanchir des intérêts privés aujourd’hui illégaux, au détriment, notamment, des principes de prévention du risque d’addiction, de préservation de la santé publique, de pérennité des recettes fiscales et sociales de l’État.

Cette deuxième lecture a d’ailleurs été marquée par la fièvre du jeu, les opérateurs faisant feu de tout bois pour faire valoir leurs impératifs commerciaux : le texte doit être prêt avant la Coupe du monde de football pour leur permettre de plumer nos concitoyens en toute légalité.

Cette perspective est d’autant plus inquiétante que le nombre d’inactifs dans notre pays ne cesse d’augmenter et que, selon de nombreuses études, ces derniers forment les plus gros bataillons de joueurs en ligne.

Le Parisien sous-titrait d’ailleurs dans son édition de ce matin : 4 millions d’accros attendus sur le net !

Pour satisfaire à ces intérêts mercantiles, les assemblées ont donc été mises au pas, et singulièrement la nôtre, mes chers collègues, puisque pas un seul des quelque 200 amendements déposés sur ce texte n’a été adopté.

Nous n’avons cessé de faire valoir que les jeux d’argent et de hasard ne sont pas une activité économique ordinaire et que le régime général d’interdiction qui prévaut encore aujourd’hui est particulièrement pertinent.

Hélas, votre volonté dogmatique de déréguler, portée par des opérateurs intéressés aux mises, aura eu raison d’un équilibre pourtant protecteur.

Votre texte rompt ainsi avec une tradition républicaine séculaire, ce qui ne manque pas de susciter la perplexité, pour ne pas dire l’incompréhension, incompréhension d’autant plus légitime que rien, du moins pas l’Union Européenne, n’oblige aujourd’hui la France à ouvrir le secteur des jeux d’argent et de hasard à la concurrence.

Ce qui nous choque le plus, c’est la manière brutale et hâtive qui a caractérisé la rédaction, le dépôt et la discussion au pas de charge de ce projet.

Il est vrai que vous ne pouviez vous enorgueillir d’avoir cédé aux pressions des opérateurs et de toutes les filières qui bénéficieront de cette ouverture, mais vous n’avez pas fait preuve de la plus grande finesse en vous appuyant sur la nécessaire régulation d’un marché pour l’instant illégal.

Vous n’avez d’ailleurs envisagé aucune solution alternative à cette ouverture à la concurrence pour réguler la part des jeux qui échappaient à notre législation. Tous nos amendements en ce sens ont été repoussés avec le concours d’un argument d’autorité : impossible de faire autrement ! Cuisant aveu d’échec de la puissance publique face aux puissances de l’argent.

Plusieurs autres points noirs jalonnent ce mauvais texte :

Il y a d’abord une menace sur un équilibre financier : les recettes et produits des différents prélèvements risquent d’être moindres que ce qu’ils sont actuellement dans la mesure où, pour ne pas fragiliser le modèle économique des opérateurs ni favoriser l’offre illégale, vous avez abaissé autant que faire se peut les taux applicables aux jeux et aux paris.

Le déferlement prochain, qui a déjà commencé en toute illégalité dans certains journaux et sur Internet, de la publicité en faveur des jeux de hasard et d’argent est édifiant. Comment ne pas être choqué que votre gouvernement puisse soutenir avec aplomb que la prolifération de la publicité répond au double objectif d’assécher l’offre illégale, et donc d’en protéger les joueurs ?

Le coût social du texte risque d’être relativement lourd : les conséquences du jeu sont bien connues, notamment en matière de poly-addiction.

Il existe une menace pour un nombre considérable d’emplois, notamment les 70 000 emplois de la filière équine.

Il y a un risque de perte de recettes en faveur du CNDS.

La course au profit et la financiarisation du sport professionnel vont s’accentuer au détriment des politiques publiques en faveur du sport pour tous et à toutes les étapes de la vie. On passe progressivement du sport loisir ou du sport amateur au sport spectacle, dominé par les filières professionnelles ou par des clubs à raison de leur poids financier.

Se pose enfin le problème de l’indépendance des clubs, du trucage des compétitions, de l’éthique du sport, des conflits d’intérêt : aucune compétition sportive sur laquelle seront engagés des paris ne pourra désormais faire l’économie d’une suspicion diffuse quant à ses résultats ou à la manière d’arbitrer.

M. le président. Je vous prie de conclure, monsieur Chassaigne.

M. André Chassaigne. Au-delà de ces raisons de fond qui poussent les députés du groupe GDR à voter contre ce texte, ce sont les soupçons à peine démentis de collusion qui motivent notre position, car cette loi favorise des intérêts particuliers singulièrement très proches du pouvoir : Arnaud Lagardère, Martin Bouygues, Patrick Le Lay, qui table déjà sur des mises familiales de 30 à 40 euros mensuels, à dépenser hors temps de cerveau disponible, s’il vous plaît, Vincent Bolloré, François Pinault, Dominique Desseigne, Stéphane Courbit et Alexandre Balkany,…

M. le président. Je vous prie de conclure.

M. André Chassaigne. …qui n’est pas le modeste employé que décrivait avec émotion son papa sur ces bancs, tous proches, fervents soutiens de Nicolas Sarkozy.

À l’instar…

M. le président. Veuillez maintenant indiquer le sens de votre vote. (Protestations sur les bancs du groupe GDR.)

M. Maxime Gremetz. C’est la censure !

M. André Chassaigne. Il me restait quelques lignes à lire, monsieur le président.

M. le président. Concluez en indiquant le sens de votre vote, s’il vous plaît.(Protestations sur les bancs du groupe GDR.)

M. André Chassaigne. J’aurais eu le temps de terminer mon intervention. Vous m’avez empêché de dire des choses extrêmement intéressantes parce que je mettais en cause certaines amitiés et évoquais des liens entre des députés et le jeu. Nous voterons contre ce projet. (Applaudissements sur les bancs des groupes GDR et SRC.)

M. le président. Monsieur Chassaigne, votre temps de parole était déjà épuisé depuis plusieurs dizaines de secondes.

Je fais d’ores et déjà annoncer le scrutin dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

 

Toutes les interventions sur le texte sur :

http://www.andrechassaigne.org/-PL-Jeux-en-ligne-.html

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article