Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 12:29

 Les usagers des quelques 9 000 kilomètres du réseau autoroutier concédé que compte notre pays n’en peuvent plus de subir un racket financier quotidien au service des actionnaires des sociétés concessionnaires. Depuis la privatisation du réseau en 2005, pour seulement 14,8 milliards d’euros, les profits issus des péages coulent à flots pour les trois groupes qui se partagent désormais le gâteau : Vinci, Eiffage et Abertis. Ce sont plus de 5 milliards d’euros qui ont été versés aux actionnaires sous forme de dividendes en seulement 6 ans !

 La politique de rentabilité de ces groupes fait régulièrement l’objet d’enquêtes, toujours plus approfondies, qui démontrent à chaque fois la véritable rente tirée de l’exploitation du bitume. La déconnexion est de plus en plus flagrante entre les tarifs supportés par les usagers et la réalité des amortissements, des investissements et des coûts d’exploitation du réseau. Ainsi, le bénéfice net par kilomètre parcouru s’est envolé de 52 % entre 2005 et 2010.

 Face à cette dérive sans précédent, il n’est pas inutile de rappeler que les autoroutes françaises font partie du domaine public de l’État, que « l’usage des autoroutes est en principe gratuit » (article L.122-4 du code de la voirie), mais que l’Etat confie à des sociétés le soin de les gérer via des délégations de service public, sous la forme de concessions accordées pour des durées très longues. Bien entendu, les sociétés concessionnaires sont liées par une convention et un cahier des charges signés avec l’État, au respect d’un certain nombre de contraintes, dont, notamment, l’application des conditions tarifaires. Au regard des dérives constatées, y compris par la Cour des Comptes, il apparaît indispensable de remettre la main sur le grisbi du lobby autoroutier.

 Malheureusement, aucune remise en cause sérieuse ne semble à l’ordre du jour. Ainsi, les tarifs de péages continuent d’augmenter à des rythmes très supérieurs à l’inflation, et sans lien avec la baisse du pouvoir d’achat des usagers. Pire, la crise accentue même les recettes et le chiffre d’affaire des groupes. D’abord, parce que les salariés, ou les demandeurs d’emploi, sont contraints de se déplacer toujours plus loin pour leur travail ou leur recherche, le plus souvent en direction des métropoles régionales desservies par le réseau autoroutier. Ensuite, parce que la déstructuration des horaires de travail, et les moyens insuffisants pour le développement des transports en commun, obligent à se reporter sur les autoroutes.

 L’exemple de l’action initiée par le collectif d’usagers de l’A89 en Auvergne entre les péages de Thiers et Clermont-Ferrand est à ce titre tout à fait révélatrice de cette évolution. Sur ce tronçon concédé aux Autoroutes du Sud de la France (ASF), appartenant au groupe Vinci, les hausses de tarifs sont tournantes en fonction des péages, mais peuvent aller jusqu’à 5 %. L’attractivité de l’agglomération clermontoise sur les deux bassins de Thiers et d’Ambert n’est pas prise en compte par les pouvoirs publics. Et quel pied de nez adressé aux usagers, quand le groupe Vinci, valeur du CAC 40, annonce chaque année des bénéfices nets de près de 2 milliards d’euros, et qu’il en reverse au moins 50 % sous forme de dividendes à ses actionnaires ! Il est plus que temps pour l’Etat de revenir sur les largesses accordées aux concessionnaires. La convergence des initiatives citoyennes sur les territoires doit participer à faire bouger les lignes face aux sirènes des autoroutes… de la finance.

 

Chronique publiée dans le journal La Terre.

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------


 

Pour tout savoir sur l'action des usagers de l'A89 entre la Montagne thiernoise et Clermont-Ferrand, pour partager ou signer la pétition en ligne, cliquez-ici. 

 

Pour rejoindre le Collectif d'usagers A89 - Thiers sur Facebook (groupe).

 

La pétition du Collectif d'usagers A89 - Thiers est disponible ici au format PDF.

 

PetitionAutotoutes.JPG


Partager cet article

Repost 0
Publié par André Chassaigne - dans Chroniques du journal La Terre
commenter cet article

commentaires