Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog d'André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme - Président du groupe Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée Nationale

Travailleurs détachés, travailleurs surexploités

 Depuis 1996, la directive concernant le détachement de travailleurs a permis le détachement de travailleurs dans un pays tiers, dans le cadre d’une prestation de services, prévoyant en théorie l’application du droit du pays d’accueil, sauf quand le droit du pays d’envoi est plus favorable. Or, ce principe est bien loin de correspondre à la réalité ! Bien au contraire, nous constatons l’émergence sur le marché du travail d’un salarié low cost, à bas coût, figure moderne et européenne de l’exploitation de l’homme. Soyons clairs : non seulement la directive « détachement » n’a pas évité le dumping social, mais elle l’a au contraire favorisé avec un alignement par le bas du coût du travail et de la protection sociale.

 Le statut de travailleur détaché est devenu un instrument de la concurrence sociale en Europe, notamment dans les secteurs de la construction, du BTP et de l’agroalimentaire. Ces pratiques systématiques d’optimisation sociale se sont accrues avec l’adhésion de pays d’Europe de l’Est, aux fortes disparités de conditions salariales et de couverture sociale. La crise économique, qui frappe durement les pays d’Europe du Sud, est venue encore alimenter cette dérive. Le nombre de ces travailleurs détachés en France a fortement augmenté : ils attendraient aujourd’hui les 300 000.

 Le secteur du bâtiment en concentre un nombre considérable. À Clermont-Ferrand, par exemple, on a eu recours pour le méga-projet d’aménagement urbain, le Carré de Jaude, à des travailleurs guinéens, polonais et portugais, au taux horaire de 2,86 euros. Logés au prix fort dans des bungalows, ils travaillaient jusqu’à cinquante-cinq heures par semaine, et la convention collective n’était pas respectée, notamment sur les primes de précarité et d’intempérie. Qu’il s’agisse du vaste réseau de sociétés d’intérim qui envoient des salariés roumains, polonais ou autres travailler dans les abattoirs allemands ou français, ou du détournement des règles en vigueur concernant le détachement interentreprises, la logique à l’œuvre est dévastatrice : conditions de travail dégradées, salaires minables amputés de retenues pour frais divers, logement le plus souvent indigne, non-paiement des cotisations sociales, fraude généralisée...

 Pour les entreprises, c’est le jackpot assuré. Et ce n’est pas un hasard si les organisations syndicales n’arrivent pas à informer les salariés détachés de leurs droits, pas un hasard si l’accès aux chantiers publics est interdit aux militants syndicaux par les responsables des entreprises. En plus du gain sur le coût du travail, le patronat avance sur un autre terrain : la mise en concurrence des travailleurs entre eux au sein d’une même entreprise. Comment s’étonner ensuite, comme on vient de le voir pour l’entreprise Gad, que des salariés qui n’ont presque rien se battent contre ceux qui ont encore moins ? Terrible dérive…

 Il est grand temps de repenser le projet européen avec l’adoption d’un « traité social », porteur de valeurs et de normes protectrices de nos travailleurs, socle d’une Europe sociale et démocratique libérée du tout-fric. Nous, députés du Front de gauche, c’est à cette Europe-là que nous continuons à croire. C’est pour cette Europe-là que nous nous battons.

 

Chronique publiée dans le journal La Terre.

tRAVAILLEURSdetaches.JPG 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

André Chassaigne

Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
Voir le profil de André Chassaigne sur le portail Overblog

Commenter cet article

Chantraine Oliiver 02/02/2014 14:35

Monsieur le Député, et Cher André Chassaigne,
ce serait le moment d'interpeller le gvt pour qu'il se hâte de traduire par décret ou amendement de la loi ses promesses à la confédération paysanne, dont je viens de prendre connaissance sur
Médiapart,
Bien amicalement,
Olivier Chantraine
militant du PG
Rappel: sur Médiapart:
http://blogs.mediapart.fr/blog/nelfontaine/230114/semences-bonne-nouvelle


"La Conf' obtient l'exception agricole sur la loi contrefaçon.

Il aura fallu une occupation de 6 heures du siège du GNIS (Groupement national interprofessionnel des semences) par les paysans de la Confédération paysanne pour obtenir l'engagement écrit du
gouvernement à exclure l'agriculture du champ d'application de la loi sur les contrefaçons.
Cette loi dotait l'industrie semencière de tout un arsenal répressif pour saisir et détruire les récoltes issues de semences paysannes. Elle consacrait ainsi la main-mise des multinationales sur
les semences et privait les paysans de ce droit millénaire. Ce n'est qu'une bataille gagnée dans cette longue "guerre des semences", mais elle est de taille. Le début d'une longue série?

A vos plantoirs-zé-binettes!"

Michel Berdagué 12/12/2013 13:10

Nous avions tous et toutes raison en 2005 de ne pas vouloir cette Europe . Mais même en majorité démocratique " ils" se sont assis dessus pour nous imposer des salaires horaires à 2,86 et le reste
...., il faut le faire , en nous traitant de fainéants , de ne pas vouloir bosser et que nous coûtions trop au Kapital s' entend. Nous devons stopper ces monstruosités. les Luttes parlementaires en
synergie avec celles de terrain seront d' autant plus efficaces si nous sommes représentés en nombre conséquent . Aucune abstention pour les élections prochaines, l'heure est grave , ça plaisante
pas en face . Nous avons les solutions efficaces et une Alternative salutaire.