Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 07:35

 Je participais sur RMC, ce mercredi 22 juillet, au « Conseil des Grandes Gueules » qui réunit, chaque mercredi, de 12 h à 13 h, trois invités politiques pour débattre de l’actualité du jour à la sortie du Conseil des Ministres.

 Après l’habituel échange sur les affaires courantes (cette semaine : agriculteurs en colère, interdiction du flashball, buralistes et paquets de cigarettes neutres) j’ai dû commenter, suivant le déroulé habituel de l’émission, une « déclaration choc de l’actualité » qui m’était réservée : Obama se réjouissant du rétablissement des relations diplomatiques des Etats-Unis avec Cuba. Immédiatement m’a été posée « la question qui tue » : « Est-ce que Cuba est une dictature ? ».

 

 Sans hésiter, j’ai répondu « non, absolument pas ». Si la question ne m’a pas « tué », la réponse a quant à elle fait l’effet d’une bombe à fragmentation, d’abord dans le studio, et ensuite paraît-il sur certains réseaux sociaux.

 « Mais enfin, André Chassaigne, comment pouvez-vous dire une chose pareille ! ». Ces quelques mots du journaliste, sincèrement choqué, ont suffi pour que je mesure les dégâts faits dans les têtes par la propagande distillée depuis des années par les forces libérales et leurs porte-voix médiatiques. Une bataille ininterrompue qui a secrété au fil du temps une vision complètement déformée de la réalité cubaine, avec l’objectif de déconsidérer aux yeux du monde l’édification d’une société nouvelle et d’un état souverain par un peuple de 11,2 M d’habitants, et sur une île si proche des Etats-Unis.

 Face à la conviction, souvent de bonne foi, que le peuple cubain est sous le joug d’une dictature familiale le maintenant dans la misère, il faut donc prendre le temps d’expliquer ce qu’il en est. Rappeler tout d’abord le contexte particulier qui a pu conduire, ce que je n’ai pas nié, à des atteintes aux libertés :

 - Les 4 siècles de colonialisme et la lutte historique pour l’indépendance de l’île, de la guerre contre l’occupant espagnol à sa vassalisation, dès 1898, par les Etats-Unis qui n’ont jamais  pu admettre que Cuba sorte de sa sphère d’influence, jusqu’à occuper illégalement l’espace stratégique que représente la baie de Guantanamo.

 - Le processus révolutionnaire dans un pays qui avait été rongé par l’exploitation et l’injustice, avec une détermination et une exigence d’unité qui ont conduit au rôle dirigeant du Parti et à la présidentialisation du système politique, en lien avec la mobilisation populaire pour maintenir la souveraineté de Cuba.

 - Une île des Caraïbes à 150 km seulement de la plus grande puissance capitaliste et impérialiste, qui a multiplié agressions militaires, attentats contre Fidel Castro, actions terroristes et plans de déstabilisation.

 Quant aux difficultés économiques et à la pauvreté de la population, il faut aussi prendre en compte les conditions dans lesquelles Cuba a dû se développer :

 - Un blocus économique et financier, en violation du droit international, que les Etats-Unis n’ont eu de cesse de renforcer, destiné à asphyxier l’économie et tout développement social pour donner « le coup de grâce » à la révolution cubaine.

 - Les conséquences de la disparition de l’Union Soviétique avec un effondrement de 33 % du PIB cubain en 1990, dû à la pénurie de pétrole et de pièces de rechanges ainsi qu’à l’arrêt de multiples investissements.

 - Le coût des aléas climatiques, qui se chiffre à plusieurs milliards après un cyclone (10 milliards de dollars pour la seule année 2008 sur un PIB de 60 milliards).

 Et surtout, il faut souligner, dans ce contexte, les résultats malgré tout remarquables de la révolution cubaine. Loin d’être exhaustif, j’en retiens trois :

 - Le parti pris de la jeunesse et des personnes âgées, avec une politique d’éducation universellement reconnue et des résultats exemplaires en matière de santé.

 - La production agricole qui se développe dans le respect de l’environnement, tout en enregistrant désormais une forte croissance après des années catastrophiques.

 - Au risque de surprendre, et malgré ses imperfections, je citerai aussi une pratique démocratique qui bouscule notre vision figée du modèle d’une « démocratie occidentale » conduisant à l’alternance de grands partis défendant l’ordre libéral et au renoncement de la population par une abstention massive.

 

 Les arguments ne manquent donc pas pour ceux qui connaissent vraiment Cuba. Mais si ces explications parviennent à ébranler, elles ne suffisent pas toujours à convaincre.

 « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil » écrivait René Char. Il faut donc être lucide sur l’état actuel de Cuba, ne rien cacher des réalités et donc en aucun cas occulter les erreurs et les échecs. Raùl Castro lui-même a maintes fois exprimé sa volonté « d’éradiquer les erreurs commises en plus de cinquante ans depuis le 1er janvier 1959, et les nouvelles qui peuvent se produire à l’avenir ».

 Certes, la critique est plus difficile à exprimer pour l’observateur extérieur que je suis sans s’ériger en donneur de leçons ! Pour autant, il faut bien parler de la bureaucratie paralysante au service d’une centralisation excessive, de l’absence de motivations due à un collectivisme stérilisant les énergies, des difficultés à se nourrir et de la réalité d’un quotidien faisant de la débrouille un sport national, de cette obsession des autorités qui fait de tout opposant un espion américain, d’un culte excessif des figures légendaires que sont Fidel Castro et davantage encore Che Guevara. Car, dire aussi ces réalités permet de chercher le pourquoi, d’analyser et réfléchir aux évolutions possibles, et au final de mieux comprendre les choix actuels du pouvoir cubain. Je pense plus particulièrement à « l’actualisation du modèle économique » mise en chantier en 2011, avec des réformes murement réfléchies, engagées « sin prisa, pero sin pausa » (sans précipitation mais sans pause), et une évaluation permanente de leur effet sur le mieux vivre de l’ensemble de la population.

 L’actualité nous conduit aussi à nous interroger sur la prédiction largement admise que le régime s’écroulera dès que les Américains et leurs dollars mettront à nouveau les pieds sur l’île, pourrissant de l’intérieur la « pureté révolutionnaire ». Le risque n’est en effet pas à écarter quand on connaît la définition de la liberté et de la conception du bonheur des peuples, portée par les banques et les entreprises américaines ! C’est la perspective d’une île livrée à un capitalisme conquérant, d’une jeunesse cubaine se jetant dans le miroir aux alouettes de la société marchande, de dirigeants se reconvertissant comme tant d’apparatchiks communistes après l’effondrement du bloc soviétique.

 Si j’ai conscience des difficultés à s’adapter à une situation nouvelle, je ne m’associe pas à cette chronique d’une mort annoncée. La société cubaine d’aujourd’hui est construite sur des bases solides. L’éthique de ses dirigeants et la maturité du peuple cubain génèrent une intelligence collective pas prête d’être balayée par les vents de l’ouest venus du grand voisin yankee !

 Dans la nouvelle phase du développement cubain, au cœur de l’affrontement idéologique des systèmes politiques, la « main invisible » du marché et le mécanisme de rentabilité maximale des capitaux ne seront pas en terrain conquis. Dans cette évolution du monde et le constat de l’échec patent, malgré ses multiples recyclages, de la vieille théorie économique libérale, Cuba dispose d’un atout appréciable : elle n’est pas isolée. Les gouvernements progressistes latino-américains ont initié des politiques qui valorisent un nouveau type de développement où l’humain, la souveraineté nationale et la coopération réduisent le rôle du marché au profit d’un nouvel ordre économique et social. A l’heure d’une intégration européenne dévastatrice pour les peuples et la souveraineté des états, l’ALBA (Alternativa Bolivariana para las Americas) fait la preuve que des voies de coopération d’un type nouveau, équilibré et solidaire sont possibles, à l’opposé de l’intégration libérale. En s’attaquant à une dictature, bien réelle celle-ci, celle de l’argent, ils nous ouvrent un chemin…

 

Cuba : une dictature ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par André Chassaigne
commenter cet article

commentaires

Alain DUGAT 07/07/2016 21:43

Dédé,
Je partage à 99,99% ton analyse sur la situation actuelle de Cuba. Mes seuls bémols sont que, d'une part ta position d'élu peut te faire côtoyer par les contacts que tu as sur place, une réalité quelque peu idéalisée de ton vécu in situ et d'autre part, je persiste à penser que chaque peuple, au nom de sa propre autonomie, doit choisir son destin. Nous devons seulement les accompagner au nom des valeurs non occidentalisées, sans leur faire miroiter un futur capitalistique qui ne leur correspond pas.
Certes des progrès démocratiques sont à faire, mais ce peuple a plein de charmes "a pesar de sus dificultades diarias". Il dispose d'un système éducatif performant, idem pour la santé, sa capacité à surmonter par des débrouillardises pour simplement vivre. Et surtout cette capacité et ce besoin de s'éclater par la culture (la musique, la littérature, la danse et l'allégresse ...), sans doute un placebo pour conjurer un certain sort qu'eux seuls doivent choisir. Je suis naturellement optimiste sur leur devenir car c'est un peuple qui dispose de ressources qui peu à peu vont se débrider.
Viva Cuba.

daffix jc 11/09/2015 09:30

je relis ton intervention sur cuba. J'y ai passé quelques jours il y a quelques années avec france cuba (renee defournier, jean voisine et quelques autres) je ressens exactement les mêmes choses que toi.Et ce qui m'énerve le plus c'est les traces que le pilonnage a laissé dans les esprits. J'ai vu cette debrouillardise de tres pret, mais je n'ai pas vu un cubain crevant de faim sous le poche d'une église L'un d'eux m'a avoué dans un excellent Français: a cuba même si t'en branle pas une tu ne crève pas de faim.Je voudrais aussi noter le mauvais travail de l'alliance Française dans ces pays qui ignorent la réalité française, voir européenne et à qui l'on fait croire au paradis occidental ou chacun nage dans le bonheur universel et capitaliste.

gouillon 27/07/2015 17:59

Que tes commentaires sont réjouissants André pour le militant de "l'humain d'abord". Je suis allé à Cba en 1972 avec LVJ...13 années après la révolution des "Barbudos " après avoir repoussé l'invasion de la Baie des Cochons par les nostalgique de Batista et ses hordes de mafieux...Bref depuis 1959 le jeune JC que j'étais rêvais d'aller saluer le peuple Cubain , en 1972 ce fut la réalité et je ne fut pas déçu .. les Cubains rencontrés sur le Malicon ou dans Trinidad ou Cienfuegos tous avaient le même enthousiasme ...( petit rappel La Havane 1, 5 million habitants ..= 500000 chomeurs + 500000 vivants de la prostitution et 500000actifs sous payés et corvéables , pas de gratuité des études des soins etc...etc...) et surtout face au blocus des USA ( ça personne ne l'évoque dans la médiacratie des nouveaux chiens de garde ") VIVA CUBA LIBRE !!!et Communiste !!!

DAOUDA FAYE 27/07/2015 15:24

j'ai lu votre article qui constitue une réponse à tous ceux par inconscience,manipulation ou tout simplement de bonne foi ont fini par croire à cette contre vérité. Les amis de Cuba au Sénégal comme partout dans le monde, notamment en France sont fiers des réalisations de ce peuple aux plans économique, culturel, social, environnemental et dans la préservation et le respect des droits du citoyen et de la collectivité .Dans une dynamique de progrès, ce pays comme ses dirigeants ne s'illusionnent pas pour dire que c'est la perfection.les limites sont connues et la volonté politique d'en faire face existe.

Michel Taupin 27/07/2015 13:28

J'ajoute à l'attention d'André :
1) Non Cuba ne prend pas tous les dissidents pour des espions américains. Il apparaît et c'est prouvé que 95% des "dissidents" sont stipendiés par les Etats-Unis. Ce qui en France rapporte 20 ans de prison.
2) Les élections à Cuba sont un exemple de démocratie participative et représentative. Le parlement cubain est reconnu depuis longtemps par l'UIP. Cuba est une démocratie car le président est élu par les députés de l'Assemblée nationale qui sont eux-mêmes élus par vote direct de la population. Pour Danielle Mitterrand notamment, Cuba représente une « authentique idée de la liberté ». Dès l'âge de 16 ans, on peut voter. Le PC n'investit aucun candidat. Tout le monde peut se présenter. La campagne ne coûte rien. Et tous les élus peuvent être révoqués par un vote du peuple pendant leur mandat ! Affiliations : CEPALC, G-77, OMC, ALAI, ONU.
3) Cuba est en guerre depuis 55 ans contre l'Empire qui l'assiège et tente de l'affamer et qui dispose illégalement d'une base militaire à Guantanamo. Ceux qui font semblant de ne pas comprendre que forcément Cuba doit se protéger, c'est qu'ils sont sots ou de très mauvaise foi ! Résister si longtemps aux agressions multiples et invraisemblables de l'Empire nécessite une unité du peuple remarquable et une vigilance de chaque seconde. Ainsi le budget de la défense de Cuba est-il forcément élevé, au détriment de tous les autres. Pourtant ils ont réussi de très grandes choses au plan humain, exemplaires même !
4) La liberté de la presse : il faudra qu'on me démontre que les médias entre les mains de grands groupes capitalistes sont plus libres et objectifs que ceux qui sont entre les mains de l'Etat. Ce sera très très dur ! D'autre part, Fidel a toujours dit que le gouvernement cubain ne pouvait pas autoriser la presse privée en temps de guerre (car je le répète, c'est bien une guerre que mènent les USA contre Cuba), car elle aurait été immédiatement sous la coupe des groupes capitalistes étatsuniens et contre-révolutionnaires. Fidel s'est donné les moyens de résister. C'est une plaisanterie de croire à l'angélisme des USA en la matière.
5) Certes, il y a eu des erreurs de commises mais tous les cubains mangent à leur faim. Les difficultés proviennent essentiellement du blocus économique que subit Cuba depuis 52 ans. Il n'y a pas de "ticket de rationnement", c'est justement le contraire. Chacun a droit à un minimum vital. Le rappeler est essentiel !
6) André, il n'y a pas de culte de la personnalité à Cuba. Fidel le refuse catégoriquement. Il n'y a pas un buste de Fidel à Cuba. Le seul qui existe, c'est moi qui l'ai. Le peuple a une reconnaissance infinie pour leur commandant. Fidel n'a jamais cherché à se glorifier, c'est une erreur que de le dire et c'est une méconnaissance des peuples latinos-américains. Quant au Che, s'il est aimé à Cuba, et c'est bien normal, il l'est dans le monde entier. Pourquoi ? Tout simplement par son héroïsme, son engagement internationaliste vissé au cœur et son intégrité. C'est une figure exemplaire du XXe siècle, une figure de la Révolution qui mérite sa statue (dans un pays qu n'est pas le sien à l'origine) autant que Bolivar, Cespedes, Jose de San Martin, Maximo Gomez, Antonio Maceo ou Miranda pour n'en citer que quelques uns.

Michel Taupin
Cuba Si France

ANNIE 27/07/2015 12:50

Malgré les tentatives acharnées pour mettre cette île à genoux, ils n'ont pas réussi.
Viva Cuba !

TAVET 27/07/2015 10:59

Je suis allé à Cuba durant plusieurs années en logeant toujours chez l'habitant. J'y ai emmené mes enfants et petits enfants pour qu'ils se forgent leur propre opinion.Très positive. Il faut souligner que toutes les études supérieures sont gratuites. Que la recherche médicale et pharmaceutique est en pointe.Que contrairement à la France laquelle paient les études de médecine, les nouveaux médecins cubains sont envoyés dans les coins les plus retirés de l'île, et se rapprochent de leur désir par ancienneté. Ceci a pour résultat un maillage parfait dans toute l'île. Tous les six mois le médecin vient au domicile de chaque habitant afin d'y effectuer un chek-up gratuit bien évidemment. Ce qui est bien éloigné de notre politique médicale en France ! Un médecin gagne un peu plus qu'un femme de ménage, L'accès à tous les arts est gratuit.C'est un peuple joyeux (la musique est partout) , fier, très accueillant et très solidaire. Avec notre concert Moblot nous chantons le Jean Ferrat engagé: Cuba si! Santiago de Cuba avec une joie sans mélange . Je souhaite un bon avenir à ce peuple que j'aime et que je respecte profondément. Je n'y retournerai pas à cause de mon âge, et peut-être par le changement irrémédiable de la présence invasive des USA Viva Cuba !

Brouet annie 27/07/2015 13:16

D'accord avec Tavet
Je suis allée à Cuba 2 fois. Écoles gratuites, santé gratuite et au top dans bien des domaines. Les Cubains ont subit l'embargo et s'en sortent plutôt bien.