Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 16:26

 

 Reprenant à son compte la méthode Grenelle, la ministre de l’Ecologie s’est livrée hier à un nouvel exercice de style médiatique en présentant le premier « plan national d’adaptation au changement climatique ».


 Elle a fait part des « 211 recommandations issues de la phase de concertation menée en 2010 » avant de présenter quelques exemples « des 230 mesures » que comporte le plan d’action.


 Ce nouveau catalogue de bonnes intentions s’inscrit dans la lignée du Grenelle de l’environnement en refusant de mettre en face de ces propositions des moyens budgétaires. Qui peut croire en effet que les 171 millions d’euros, affectés pour cinq ans sur les 230 mesures du plan, puissent avoir un quelconque effet pour réorienter des pans entiers de nos politiques publiques en matière de gestion de l’eau, de gestion forestière, d’infrastructures de transport ou de santé ?


 Non seulement le Gouvernement continue de privilégier la communication politique environnementale tout en opérant des coupes sombres dans les moyens et effectifs du service public de l’environnement, mais il contribue avec ce plan à entériner les renoncements répétés dans la lutte contre le changement climatique des dernières conférences internationales, qu’il s’agisse de Copenhague, de Cancun ou de Bonn.


 Le but affirmé de ce plan est d’anticiper. Mais l’objectif inavoué est aussi d’accompagner durablement le glissement des politiques publiques de « lutte contre le changement climatique » vers de simples politiques « d’adaptation ».


 Il révèle que la France abandonne sa volonté de parvenir à un accord contraignant en matière de limitation des émissions de gaz à effet de serre dans la préparation des futures négociations internationales avec la conférence de Durban prévue en décembre.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par André Chassaigne
commenter cet article

commentaires

Francis Bouvier 21/07/2011 19:28


Et bien sur, ce sont les citoyens qu'ils faut responsabiliser, nous gaspillons l'eau, parait-il, pas l'industrie, nous consomnons trops d'emballages,qui les produit, les industriels, que la
ministre veuille bien ordonner une politique écologique en commençant par les plus gros pollueurs