Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • André Chassaigne
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale
  • Député du Puy-de-Dôme, Président des Députés du Front de Gauche et du Groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine à l'Assemblée nationale

Recherche

Le site Internet du député

SiteAndreChassaigne.PNG

Retrouvez toutes les interventions à

l'Assemblée nationale sur le site Internet.

Facebook

Dailymotion

Livre

Terrecommune

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 23:31

 

Le 20 juin 2010, j’ai présenté au 35ème Congrès du Parti Communiste Français mon offre de candidature pour représenter le Front de gauche aux prochaines élections présidentielles. Elle faisait suite à l’accord que j’avais donné, début juin, pour que mon nom soit cité, parmi d’autres, comme candidat potentiel.

Sans ambiguïté, je soulignais alors mon attachement à une candidature commune du Front de gauche pour affronter cette importante échéance électorale.

Je m’inscrivais ainsi dans les orientations de la résolution finale du Congrès, adoptée le même jour :

« Pour l'élection présidentielle, la candidature pourra soit être issue de l'une des formations du Front de gauche, soit être issue du mouvement social, et partager les objectifs du pacte. Ce débat doit être mené sans préalable ni exclusive. Dans cette perspective, des personnalité-e-s communistes sont légitimes à s'engager comme candidat-e potentiel-le du rassemblement pour porter l'originalité de cette ambition. Dans le cadre de la préparation du congrès du printemps 2011, nous examinerons toutes les propositions et les hypothèses que les communistes souhaiteront mettre en débat. Au terme de ce processus, à ce congrès, nous désignerons le ou la candidate soutenu-e par le PCF. L’assemblée des animateurs de section, fin 2010, constituera un point d’étape de cette réflexion et de ce processus».

 

Le sens de ma candidature

 

Le 8 septembre 2010, à la veille de la Fête de l’Humanité, je précisais le sens de mon offre de candidature : « … Le Front de gauche tire sa force et ses succès de sa diversité, en rassemblant des militants attachés à la transformation sociale et qui veulent dépasser les échecs de leur propre parti : communistes, socialistes, extrême gauche, écologistes, mouvement social... cette pluralité est une formidable richesse. Conjuguée à une réelle assise populaire, elle peut permettre de co-élaborer un projet transformateur pour la France.

C'est pour cette même raison que je suis attaché à une candidature commune du Front de gauche pour les élections présidentielles. Pour moi, il n'y a pas de femmes ou d'hommes providentiels. Le Front de gauche est composé de plusieurs courants : plusieurs candidatures sont donc possibles pour porter son projet partagé, qu’elles soient issues des différentes formations du Front de gauche, ou du mouvement social… Aucun candidat ne s’impose a priori. C'est le sens de mon offre de candidature.

Qui dit Front dit ensemble de différences. Chaque formation, comme chaque individu, a sa personnalité, son histoire propre, ses priorités. La famille politique que je représente, comme les autres, a ses particularités, ses propres orientations. Je pense notamment à la question sociale, et plus particulièrement à la participation active du monde du travail à la création de richesses dans un nouveau type de développement. Je pense aussi à cette volonté que nous avons toujours eue d'être les porteurs et les passeurs des exigences populaires. Cette sensibilité-là a besoin de s’exprimer et d’être entendue, au côté d'autres. …

J'ai certes conscience du caractère particulier de ma candidature. Elle est différente, donc un brin anachronique dans le bouillonnement médiatique autour d'une poignée de personnalités nationales. Serait-il donc incongru qu'un élu local, forgé dans la défense des intérêts de la population d'un territoire, puisse porter un message national ? Cette proximité, cette connaissance des Français ne serait-elle pas au contraire la première garantie de construire avec eux ?

Il n'est pas une journée durant laquelle je ne fais pas le constat que le système libéral, qui encadre notre vie, marche sur la tête, à tel point que les jeunes devraient demain vivre moins bien que leurs parents. Il n'est pas une journée sans que je me dise que notre société est complètement dévoyée par une poignée de grands groupes financiers et de privilégiés. Et il n'est pas une journée sans que je réfléchisse à ce que nous pourrions tous ensemble mettre en oeuvre pour bousculer ce capitalisme qui casse tant de vies : il est vraiment temps de dépasser ce système essoufflé, tellement abandonné à la finance qu'il s'est lui-même condamné.

Dans ce grand pays qu'est la France, nous devons imaginer et mettre en oeuvre un nouveau modèle social. Il nous faut redonner à la France la place qu'elle doit avoir pour aider la planète à privilégier le bonheur humain ».

Le peuple de France veut le changement

 

Depuis, le mouvement social des retraites a confirmé l’exigence de changement. Je me suis efforcé de traduire cette volonté du peuple de France, le 8 novembre 2010, à l’occasion du meeting de Jappy, organisé par le Parti Communiste Français, durant lequel j’ai été appelé à m’exprimer.

« Je vous le dis, l’expérience douloureuse de la crise, comme les réformes destructrices du pouvoir, ont créé une majorité. Une majorité qui veut que la France change de cap. La bataille exceptionnelle autour de la question des retraites est la première grande confrontation contre le système, contre le libéralisme mondialisé qui ne connaît plus de limites. Une chose est sûre : les Français ont compris que dans ce système capitaliste, la règle veut qu’on ne partage que les pertes, jamais les bénéfices. Et il y a en a des bénéfices ! On croule sous l’argent en France et dans le monde. … Nos compatriotes veulent que l’économie privilégie l’intérêt général aux intérêts privés ! Ils refusent d’être réduits à être des « choses », des choses tout juste bonnes à produire des bénéfices pour une poignée d’actionnaires insatiables au détriment de l’avenir de l’humanité et de la planète ! … Et ils nous le disent sous les formes les plus diverses, ils nous dressent une bonne feuille de route. Une feuille de route à double usage : pour les luttes d'aujourd'hui et pour les scrutins de demain. Cette feuille de route nous convient parce qu’elle tourne le dos à la mal vie. Elle nous convient parce qu'elle place l’intérêt personnel bien compris de chacun d’entre nous au cœur de notre projet de transformation sociale.

Et elle me convient personnellement parce que ce sont ces mêmes valeurs, et ces mêmes fondamentaux, qui ont toujours guidé mon action, comme celle de tant de camarades, dans le quotidien de notre pratique politique et dans les responsabilités qui nous sont confiées, en Auvergne comme dans bien d'autres territoires ruraux et urbains.

Je voudrais le dire ici : de ma vie de militant, d'élu de proximité, de député, je n'ai tiré qu'une seule véritable leçon : la démocratie, c'est l'arme du grand nombre. La démocratie, c'est l'art d'être ensemble et de se respecter, d'analyser et d'échanger, de coélaborer et de porter des projets partagés. C'est avec cette démocratie-là qu'il nous faut bâtir une nouvelle communauté humaine. "Je pose le principe que tous les hommes sont philosophes" écrivait Gramsci dans ses "Carnets de prison".

… Nous ne sommes pas les plus forts. Nous ne sommes pas les plus intelligents. Et je laisse à d’autres le soin d’avoir raison sur tout. Mais j’ai une conviction profonde : ouvrons la porte de la démocratie économique et sociale, laissons la société parler, laissons la liberté de se choisir un destin, faisons parler ensemble employés, ouvriers, chômeurs, fonctionnaires, artisans, laissons la France libre d’elle-même, et tranquillement une autre politique verra le jour ».

 

L’exigence d’une construction citoyenne

 

Durant ces derniers mois, au fil des rencontres sur l’ensemble du territoire, j’ai pu constater non seulement combien les Françaises et les Français souhaitaient ce changement, mais combien ils exigeaient aussi d’être au centre du débat politique. J’ai eu aussi la confirmation que les communistes portent la conviction que la participation populaire est à la fois le but et le moyen du changement politique, comme cela est si bien formulé dans l’appel « espoir2012.org » :

« La mise en commun de l'intelligence de chacun est un gage de réussite dans la gestion des collectivités, dans les luttes syndicales, dans la direction d'association, dans la conduite de projets collectifs, et plus globalement dans la promotion de l’intérêt général. Nous avons la conviction que les Français ne veulent plus que l'on parle en leur nom, qu’ils veulent participer à la prise de décisions de leur environnement professionnel jusqu'au gouvernement. Ils souhaitent un nouveau partage du pouvoir ».

C’est cette démarche de co-élaboration, que je partage depuis si longtemps, que j’essaie de porter. Elle est à l’opposée de grandes messes autour d’une élite « qui sait », comme des propositions, toutes ficelées, déclamées de la tribune d’un Congrès. La généralisation d’une telle démarche est d’autant plus indispensable qu’elle nous affranchit des artifices de la séquence présidentielle et permet à chaque Française et Français de reprendre son avenir en main.

Aussi, ma volonté est d’être un artisan déterminé de cette construction citoyenne du projet, pour permettre de desserrer l’étau du repli sur soi et montrer qu’une société s’affranchissant des banquiers, de la dictature de l’argent, est indispensable. Et qu’elle est possible !

 

Au cœur du débat de la gauche

 

Je soutiens aussi que notre objectif n’est pas de créer je ne sais quelle petite gauche, force d'appoint, disposant d’une vague capacité de protestation ; notre ambition est au contraire d’être les artisans d’une gauche forte, puissante, majoritaire parce qu’émancipatrice.

Le premier défi du Front de gauche, et plus particulièrement du Parti Communiste, est donc de construire une nouvelle dynamique, indispensable pour faire gagner la gauche qui transformera la société. Je voudrais sur ce point rappeler les propos que j’ai tenus le 29 novembre 2010, à la Fête de l’Huma de Bretagne :

« Ne laissons pas croire qu’il y aurait à gauche, d’un côté un chevalier blanc (le Front de gauche) porteur de toutes les vertus et de la pureté révolutionnaire, et de l’autre un chevalier noir (le Parti Socialiste et ses alliés) affublé de tous les maux et vendu au capitalisme. Ce qui importe, c’est d’emmener toute la cavalerie dans la bonne direction. Sinon, nous nous retrouverons au final avec un cheval de bois sur lequel nous n’aurons eu aucune prise.

Et je veux aussi dire à ma famille politique, à l’ensemble du Front de gauche : ne nous résignons pas à jouer les spectateurs énervés, à chaque fois que nous parlons, pensons que nous devons être acteurs pour construire la force qui donnera au pays le gouvernement qu’il mérite.

Oui, je le revendique, nos idées ont vocation à présider aux destinées du gouvernement de la France ! Et pour cela, il n’est d’autre moyen que de mettre concrètement le contenu du changement au cœur du débat de la gauche. De toute la gauche ».

Le Front de gauche doit être le passeur de colère et d’espoir pour la transformation de la société. J’en suis convaincu : il peut bousculer tous les pronostics, toutes les prophéties. Aussi, devons-nous envahir le débat présidentiel avec notre ambition. Pour créer, rassembler, porter une majorité d’idée. Et surtout pour rendre majoritaires les exigences de transformation sociale. Moi qui suis du pays des volcans endormis, je crois à l’éruption de l’impossible, je crois à l’éruption d’un peuple qui s’engage à fond pour empêcher que notre pays subisse les mêmes recettes que l’on impose au peuple grec, ou au peuple irlandais.

 

Le bilan de 6 mois de labourage

 

A l’occasion de ce Conseil National du 7 janvier 2011, suivi de l’Assemblée des secrétaires ou animateurs de section du 8 janvier, je souhaite faire un bilan de mes 6 mois de travail de terrain : 6 mois de labourage où j’ai souvent eu l’impression de tirer un araire au regard des moyens multiples mis à la disposition de l’élite politique et aux « machines de guerre » dont certains disposent.

- Ainsi, n’étant pas responsable d’une des formations structurant le Front de Gauche, je n’ai pas été invité aux grands débats nationaux organisés pour la construction du programme partagé… à l’exception de celui de Bordeaux, le 27 janvier prochain, sur les questions environnementales, en lien avec les idées que je développe dans mon ouvrage « Pour une Terre commune ».

- Je n’ai pu obtenir aucune participation à une émission politique d’importance, qui m’aurait permis de développer mes idées : télévisions et radios réservent les plateaux et « matinales », à forte écoute, aux personnalités sélectionnées par leurs experts en politique, ou promotionnés par un parti politique, voire choisies par le pouvoir quand elles s’inscrivent dans la stratégie élyséenne. Le formatage politico-médiatique, au casting pré-défini, n’admet aucun poil à gratter d’un épiderme bien huilé, si ce n’est, comme le disait Pierre Bourdieu pour se livrer « à des outrances verbales arrogantes ou démagogiques, tout à l’opposé de la générosité enthousiaste d’un message mobilisateur ». Aucun espace n’est laissé aux expressions hors du champ constitué si ce n’est pour des émissions de divertissement, à l’initiative d’animateurs qui ont le mérite d’oser la nouveauté, permettant ainsi quelques développement d’idées.

- La presse écrite, nationale comme régionale, a cependant manifesté un intérêt réel pour ma démarche, malgré quelques parti-pris journalistiques, avec pour certains la volonté de m’enfermer dans un positionnement « anti-Mélenchon », et pour d’autres la certitude que je n’étais qu’un candidat alibi.

- Mon nom n’étant proposé par aucun parti, il n’a été avancé dans aucune étude d’opinion, dans aucun sondage … confortant l’idée que Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat envisageable pour le Front de gauche ! Le Parti Communiste est ainsi d’ores et déjà effacé des prochaines échéances présidentielles, de fait des législatives, et progressivement de l’espace politique.

- Au fil des semaines, j’ai pris conscience du risque que le choix de la candidature du Front de gauche se fasse par défaut, avec un seul candidat possible, alors qu’il est indispensable qu’elle soit choisie en toute liberté, alliant à la démarche collective le respect de la souveraineté des adhérents de chacune des organisations et de leurs statuts. Faudrait-il exclure, a priori, qu’un communiste puisse représenter efficacement notre rassemblement, alors que dans les 4 régions où les listes Front de gauche ont dépassé les 10 % aux dernières élections régionales, elles avaient pour tête de liste un communiste ? Cette frilosité est le reflet d’une conception du Parti étroite, triste, mortifère alors qu’il est dans son essence même rassembleur, ouvert, généreux, comme nous sommes si nombreux à continuer à en faire la preuve, concrètement, au quotidien, sur nos territoires respectifs. En aucun cas, il ne s’agit pourtant d’exiger que le candidat soit forcément un membre du PCF ! Les diverses et légitimes expressions pour un débat sur cette question, comme l’appel de certains communistes « pour un rassemblement sans effacement du PCF » ont déclenché les anathèmes de donneuses et donneurs de leçons enfermés dans leurs certitudes, dont celle que notre Parti n’est plus à même de porter la visée communiste.

- Pour certains communistes traumatisés par les dernières échéances présidentielles, cette élection ne se résume qu’à un mauvais moment à passer, auquel il suffirait de tourner le dos pour que, mécaniquement, tout aille mieux ensuite. Tétanisés par la forme de ce scrutin, profondément contraire à nos valeurs et à notre vision d’une démocratie active, ils oublient que toute élection est une opportunité dont il faut se saisir, non seulement pour ne pas laisser le champ libre aux démagogues et aux faiseurs de régression sociale et libéraux de tous poils, mais aussi pour matérialiser une autre conception de la politique et offrir de nouveaux choix de vie en commun.

- Dans ce contexte, malgré de nombreux soutiens, ma candidature à la représentation du Front de gauche a parfois été considérée comme une initiative de division. N’étant pas présentée par le Parti, elle pu créer des interrogations chez des communistes. Elle a eu aussi pour effet d’accentuer l’acharnement de certaines et certains à promotionner, de façon outrancière, « le candidat incarné » du Front de gauche en la personne de Jean-Luc Melenchon. Elle a alimenté d’autre part les interprétations de celles et ceux qui ne souhaitent pas un candidat du Front de gauche et qui m’ont reproché d’être l’instrument d’une opération de diversion.

 

Mon offre de candidature

 

A la lumière de cette expérience, je suis convaincu qu’une candidature individuelle n’a aucune chance d’aboutir dans le processus de désignation d’un candidat commun du Front de gauche. Elle ne serait qu’un leurre pour préparer, dans une confrontation inégale, la désignation du candidat imposé, et dont elle ne serait de fait que le faire-valoir.

Pour que des candidatures crédibles puissent compter dans le choix final, je suis persuadé qu’il est indispensable que des instances de notre Parti s’en saisissent, en lien avec le contenu qu’elles souhaitent donner au programme politique et que le candidat devra porter dans la dynamique du Font de gauche .

C’est pourquoi, si je confirme aujourd’hui mon offre de candidature, c’est en la mettant entre les mains des communistes : en premier lieu à l’occasion des débats de ce vendredi au Conseil National, et de ceux de samedi, à l’Assemblée des secrétaires ou animateurs de section ; puis dans les débats des différentes instances appelées à se prononcer avant la Conférence nationale qui aura à soumettre une proposition aux communistes. Plus largement, je la livre à la réflexion de l’ensemble des organisations du Front de gauche comme une candidature de rassemblement populaire, donc plurielle, sur les objectifs communs qu’il nous faut préciser, avec la volonté de rendre majoritaires les contenus de transformation sociale.

 

Ma volonté est simplement de répondre utilement aux attentes du peuple de France, en restant fidèle aux idées et à l’éthique qui sont les miennes, et qui sont celles de tant de militantes et militants du PCF, très majoritairement attachés à leur Parti et à la visée communiste.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ALLAIN Joel 06/04/2011 10:37


Bonjour André,

Est-il possible de connaitre ce que devient ta candidature après les annonces dans les média pour le CN qui s'annonce.
J'aimerais que tu ailles jusqu'au bout, quelque soit la décision qui sera prise. j'entend par là maintenir ta candidature en interne. Et dans le cas ou ce n'est pas le choix majoritaire des
militants faire la campagne unitaire pour le PCF.
Ce que tu apporte au débat politique est unique et nécessaire.


Daniel LEGAY 02/03/2011 18:28


André Je me permet de te tutoier, j'ai été adhérant du PCF pendant 40 ans.Si je ne le suis plus ç'est,surtout grace au livre de R Hue qui nous a top expliqué qu'il fallait dépasser le
Capitalisme,ce livre m'adonné à voir un PCF. qui n'était plus le mien.
J'ai connu ton pére qui travaillait àVDA alors que j'étais dans l'atelier à côté à VDE.
j'ai lu ton livre avec grand intéret, je découvre un personnage intressant et on comprend mieux pouquoi une majorité de gens sont séduits par le personnage et votent pour lui (tu remarqueras
l'exprésion séduire alors que tu utilise(page 169) conquérir.
je découvre un personage travailleur qui ne ménage pas sa peine et qui est séduisant.
Dans ton livre : tu emploies aussi méme dans mon vieux dictinaire d'anglais je ne le vois pas
DEMOCRATIE: tul'emploies souvant ce n'est pas un reproche ceux d'Egypte de tunisie et de libye l'emploient aussi et chacun mets deriére ce mot ce qu'il souhaite ardament et cela varie beaucoup d'un
individus à l'autre.
tu parles de bien étre (pg 130)R Andieu parlait de Bonheur et rien d'autre(c'est aussi trés subjectif on peut comme cet Inuit qui ne posséde, ou est posédé par son troupos de rennes,et qui crit
bien fort qu'il est le plus heureux des hommes ou ce SDF à qui on a volé son cadiee durant la nuit il se sant bien mieux maintenant il dort mieux il a moins de soucis:ce sont des trucs qui me
viennent à l'esprit pour m'expliquer Bonheur ou Bien étre
Tu parles page 28 et 29 de croissance et décroissance ce qui compte c'est le Bonheur et rien d'autre.
Ton livre dans le meillieur des cas 1 Français sur 1000 va le lire et 1 sur 2 va le trouver interressant c'est trés bien et c'est trés peut.
Si tu es candidat du front de gauche tu auras accés à la TV aux journaux et radio ect tu feras des trucs formidables sans doutes mais en 2012 tu auras 3/100 des voix (parce que, c'est comme ça
aujoud'hui
Je pense que la candidature de Mélanchon c'est mieux maintenant.
L'élection présidetielle c'est la pire de toutes ça à été invanté par De gaulle et modifié pour arriver aujoud'hui à une situation complétement stupide ou on croit choisir on ne choisi rien du tout
n imagine le bonheur,eton vote pour mais dans les faits quand est il . Ton livre nous montre parfaitement qu'un Présidant si grand soit il ne peut faire que pour 1 et dans la france d'aujourd'hui
il n'a pas grand emprise pour aranger le sort des travailleurs que peut 'il faire pour le chômage par exemple alors que le propre d'un patron c'est de faire ce bon lui semble dans SON
entreprise.
Alors ne gâchons pas notre Grand Dede dans ces simulacres de votes: Un jour je l'espére nous en aurons besoin
Pour revenir à ton livre pour plaire à plus de monde sans te mettre tout nu comme tu l'as fait avec grande honétetée,ce monde ne le mérite pas, tu aurais du en rester à des choses plus générales,
insister sur le fait que le travail doit étre rétribué à sa juste valeur si le lait des paysants Auvergnats vaut 300 Euros les 1000 litres il doit étre vendu par eux aumoins 0.30 Euros le litre: Le
cours mondial c'est une chose les paysans dans toutes les régions du monde c'en est une autre ils ne faut pas qu'ils disparaisent; L'OMC doit servire à ça. Le coton du Mali coute plus chére que
celui des USA les Maliens veulent travailler en premier pour se nourir et ne pas dépendre de l'aumone des Américains.Pourquoi Carrefour vend les méme produits à Cracovie q'a Issoire à moitié prix
il faut exiger que se soit les prpoducteurs qui fixent les prix et non pas les Magasins.A Gerzat il ya un BIO jardin ou on achéte ce qui pousse dans les champs et on le mange pourquoi ne pas faire
la méme chose dans tous les magasins avec tous les cultivateurs de toutes les régions. Pouquoi Dadone fait faire 22000 KM à l'eau de Volvic pour faire boire les gens de Nouvelle Calédonie?Bonne
chance Dédé laisse la place à Jean Luc M pour cette foit un ami.Daniel


Papa 31/01/2011 14:54


Cher Camarade,
En tant que vétéran de notre parti(adhésion 1956)je partage totalement votre analyse.
Ni enfermement qui conduit au sectarisme,ni opportunisme qui conduit au révisionnisme.
Je ne partage absolument pas la vision de Gérin qui conduirait notre parti sur une voie de garage.Vision sectaire d'un réalisme sans rivage.
Je comprend votre frustration d'être écarté des grands débats télévisuels et radiophoniques.
Cela me conforte dans l'idée que vous représentez un grand danger pour les tenants du capital financier.
j'aime en vous cet humanisme qui met au centre l'individu.
Votre vision vous a permis l'exploit d'amener votre liste dans votre département à 20%.Ce qui n'est pas une mince affaire.
j'ai pour ma par été toujours convaincu que le capitalisme,notamment financier n'est pas l'avenir de notre monde.
Sa crise actuelle et ses structures profonde montrent que nous avons besoin de construire une autre société!
Mais pour y aller il faut de l'énergie,de l'intelligence et du coeur.
C'est en cela que résident l'utilité et l'avenir de notre parti!
Comme nombre de camarades de ma commune de Champigny sur Marne nous vous soutenons.
Ouvrez une liste de soutien devient un impératif.
J'en serais l'un des premiers signataire.
Courage et détermination,voila la feuille de route!
Humblement à vos cotés.Daniel Rossi.


ATLAN Jacques 27/01/2011 17:36


Tu es demandeur de toutes les suggestions des communistes, moi je crois pouvoir en faire en matière de maitrise de création d'un véritable service public du crédit.

Je crois qu'il faut partir du programme du CNR et du programme commun qui l'un comme l'autre avaient prévues la nationalisation de toutes les Banques et des Compagnies d'assurance.

Compte tenu du séisme qui a secoué le monde financier puis économique en 2008 avec les faillittes de presque toutes les Banques du monde entier, nous devons nous communistes avoir des propositions
audacieuses qui devraient dépasser nos propositions de 1944 et 1981 à savoir créer un service public du crédit qui suppose aucune exception : la nationalisation de toutes les Banques et Compagnies
d'assurances. A la différence des expériences du passé, nous associons la socialisation à la nationalisation qui ne pourra pas signifier l'étatisation. C'est l'étatisation des anciennes
nationalisations qui a perverti ce que notre ambition avait de noble et de positif. Des oligarques se sont emparés du pouvoir et maintenu les salariés et les élus dans l'impuissance. Seules des
propositions trés novatrices peuvent soumettre le pouvoir de l'argent à l'économie et à l'emploi. Au niveau de l'Europe avec audace soutenons un euro, monnaie commune à la place de la monnaie
unique. Restaurons le pouvoir de la nation sur la Banque de France aujourd'hui soumise à la férule de la BCE et des traités de Maastrich et de Lisbonne.

J'entends chez nous parler d'une monnaie commune mondiale, pourquoi pas, mais faisons la concrètement à Bruxelles à Frankfort, en reprenant notre indépendance de création monétaire via la BdF plus
soumise à la BCE.

Il faut être ambitieux et ne plus rester sur des projets de régulation concoctés par la Commission économique du Parti en 1997, sur lesquels certains s'accrochent déséspérement. Est ce qu'il n' y a
pas d'eau qui est passé sous les ponts depuis 1997 ?

Moi j'estime qu'il serait folie de ne pas prendre en compte la faillitte mondiale des Banques, la crise systémique pour faire des propositions. Bon courage.


Dagdan 27/01/2011 10:37


Je suggère sans plaisanter du tout qu'il y ait des meetings communs Chassaigne Mélanchon.
Ce qui permettrait aux publics de se faire une idée précise des divergences et des points d'accord.
Ce qui obligerait les autres candidats à s'avancer sur le terrain des politique,économique,culturel,artistique.


GREGOIRE Jean-Christophe 26/01/2011 20:58


Le Parti de Gauche a désigné son candidat à la candidature du Front De Gauche.Cela constitue un fait nouveau et important qui doit conduire notre direction à modifier sa stratégie et à mettre en
débat dans le parti la désignation de son propre candidat. Je milite pour que ta candidature devienne celle officielle du Parti. Je vais porter mes efforts pour qu'une initiative nationale
d'envergure et rassembleuse permette que ce débat ait lieu.Je souhaite pour ma part que le candidat du Front de Gauche rassemble en additionnant les forces. Jean-Luc Mélenchon a pour ambition pour
l'heure de fondre ces forces autour de sa candidature pour appeler demain à leur ralliement à une structure politique unique et à la disparition du Parti Communiste Français. Il est grand temps de
réagir.

Salutations fraternelles


Ecnaroui 26/01/2011 18:24


Cher camarade
Tu viens de déclarer au journal Libé du 25 janvier
.

Sérieusement, qui peut croire une seule seconde qu'un communiste puisse imaginer, aujourd'hui, qu'un cacique du PS soit "bien ancré" (c'est toi qui le dit!) à gauche?

Bien fraternellement


rieux 25/01/2011 22:44


chez Monsieur Chassaigne,
ce petit commentaire pour vous faire part de non inquietude.Mon pere et ma mere sont communistes et engagés depuis plus de 35 ans.nous avons subi des attaques violantes et malheureusement perdu
quatres membres de notre famille d un coup.mon frere jumeau, ma belle soeur et mes deux neuveux, suite à un harcellement moral odieux au travail de la part des fachistes UMP de la mairie de
Beziers.(voir affaire rieux sur le net).
Le fait d etre marqué à l encre rouge y est pour quelque chose.je suits avec attention, la campagne des présidentielles qui s annonce.j ai grand espoir qu une UNION DE LA GAUCHE résolument
anti-capitaliste et anti-fachiste parvienne à rassembler.je ne comprend pas pourquoi la question du candidat du front de gauche soit si longue à regler.Oui il y a des statuts au PCF, oui il faut
respecter ses militants.cependant il y a un devoir des communistes:L UNION.
la vrai gauche ne peut pas tergiverser, l urgence de la situation l explique.je ne suis pas membre du PCF.mais je suis un electeur du PCF.je soutiens tout ce qui me parait positif.mon avis est que
l élection présidentielle doit etre un tremplin pour une belle dynamique aux législative.les medias ne sont pas avec nous bien au contraire.je pense que le candidat devra etre le plus a meme d etre
audible par le plus grand nombre, surtout vis à vis des électeurs et électrices qui ne votent plus.Mon choix se porte sur le candidat Jean-luc Mélenchon.Il affronte les debats et interviews dans
les medias avec,un grand courrage, clarté, conviction, habileté, humour.il est un bon porte parole du front de gauche.merci a lui pour porter haut et fort nos valeurs.merci à vous Monsieur
Chassaine pour vos actions et votre devouement.il n y aura de victoire sans une prise en compte de cette realité.vive le PCF, vive le front de gauche, vive la gauche française.
merci de votre écoute
fraternellement


Macaux Claude 25/01/2011 13:13


(la suite... c'est une farce de l'informatique);
alternative.

b) si le capitalisme sort victorieux de ce duel, il détruira, en quelques décennies toute vie humaines sur terre et lui aussi par voie de conséquence. Il est face à un dilemme.


Ce combat de dimensions titanesques exige de nous, camp des êtres humains, que nous placions les bons responsables aux bons endroit.


Du point de vue tactique -(sens marxiste):
La situation actuelle en France exige : (en bref et au minimum):
a) le départ de Sarkozy
b) une Assemblée Nationale le moins à droite possible et éventuellement constituante.

Le candidat à la présidentielle de 2012 le mieux à même de combattre pour ces deux objectifs est "Le grand Dédé" comme le nomment les travailleurs d'ici.

Il reste remarquable, que les scores d'André Chassaigne évoluent dans le sens opposés a ceux du Parti (au plan national.)
Je ne résite pas au plaisir d'inclure les résultats électoraux aux législatives de 2007 de dix communes de sa circonscription : "Ambert-Thiers" 5°circonscription :

2°Tour 1°Tour

La Renaudie 88,00% 75,21%
St-Eloy la Glaciére 83,64% 65,31%
St_Catherine 82,22% 67,57%
Olmet 81,65% 62,11%
Champetiére 80,52% 64,86%
La Forie 80,95% 57,39%

St-Martin-des-Olmes * 78,40% 67,10% (j'y vis)
Faye-Ronaye 78,58% 46,41%
St-Just 78,33% 60,55%

Pour la doc :
St-Amand-roche-Savine 74,37% 67,35%

Les "grandes villes" :

Ambert 66,72% 49,41%
Thiers 67,23% 37,22%

Les trois "moins bons":

Viverols 50,62% 36,03%
Sauvessanges 45,88% 32,64%
Joze 49,66% 26,09%

Sur 97 communes :

Au 2° Tour seulement 2 communes ont voté à moins de 50% (45,88% 49,66%)

La 5° circonscription :
2° Tour Chassaigne 65,90% UMP 34,10%
1° Tour Chassaigne 43,76% Douze candidats

Le "Grand Dédé" Là où il va, là où il milite, là où il agit, les lignes bougent,dans le bon sens.
Il n'est pourtant pas compliqué de l'observer....

Claude Macaux : carte du Parti n° : 63000044 1 31.
Non mais !


Gérard 22/01/2011 09:20


Attention au contresens : Dédé et Jean-Luc sont alliés et favorables tous deux au Front de Gauche. Choisir l'un contre l'autre est réducteur, il nous faut les deux, moi je choisis les chiffres ET
les lettres...